Suppression de la redevance : Inquiets, les journalistes du service public dénoncent "l'empressement" de l'exécutif

Partager l'article
Vous lisez:
Suppression de la redevance : Inquiets, les journalistes du service public dénoncent "l'empressement" de l'exécutif
Par Christophe Gazzano Journaliste
D’un naturel curieux et passionné de télé, Christophe Gazzano a toujours nourri le désir de devenir journaliste. Après ses études et une dizaine d’années passées dans la presse régionale, ce natif de Salon-de-Provence est “monté à la capitale” pour intégrer Pure Médias en 2017.
Emmanuel Macron sur France Inter en avril dernier © Nathalie GUYON
Les journalistes de France 2, France 3 et franceinfo ont fait tribune commune pour demander des garanties sur l'avenir et sur l'indépendance de l'audiovisuel public.

Une économie de 138 euros en perspective pour les Français chaque année, mais une source d'inquiétude pour les journalistes du service public. Emmanuel Macron l'avait promis pendant la campagne présidentielle : en cas de réélection, la contribution à l'audiovisuel public, communément baptisée "redevance", serait supprimée. Elle doit être remplacée par un budget pluriannuel accordé à l'audiovisuel public par l'Etat. Sur France Inter le mois dernier, le président-candidat avait précisé que ce serait le Parlement qui en fixerait le montant et que l'exécutif aurait l'impossibilité d'y toucher en cours d'année, pour prémunir l'audiovisuel public de toute "pression".

À lire aussi
Jordan Bardella, Adrien Quatennens, Aurore Bergé... Quels sont les politiques les plus invités dans les médias ?
Politique
Jordan Bardella, Adrien Quatennens, Aurore Bergé... Quels sont les politiques les...
CNews : Un ex-journaliste politique rallie Emmanuel Macron
Politique
CNews : Un ex-journaliste politique rallie Emmanuel Macron
"Je suis censurée pour avoir dit des vérités interdites" : Ségolène Royal ne digère pas son éviction de BFMTV
Politique
"Je suis censurée pour avoir dit des vérités interdites" : Ségolène Royal ne...
Conflit TF1-Canal+ : La ministre de la Culture intervient auprès de la chaîne cryptée, Maxime Saada lui répond
Politique
Conflit TF1-Canal+ : La ministre de la Culture intervient auprès de la chaîne...

La promesse est en bonne voie d'être tenue puisque, après la réélection d'Emmanuel Macron, le conseil des ministres a acté le 12 mai dernier la suppression "de manière pérenne dès cette année" de cette redevance dont doivent s'acquitter pas moins de 23 millions de foyers redevables et qui permet de financer en partie France Télévisions, Arte France, Radio France, France Médias Monde et l'Institut national de l'audiovisuel.

Un "empressement à abandonner la redevance"

Dans une tribune commune publiée ce week-end sur les réseaux sociaux, les sociétés de journalistes de France 2, France 3 et franceinfo: s'inquiètent d'une "menace pour les moyens et l'indépendance de l'audiovisuel public". "Cet empressement à abandonner la redevance - un projet de loi doit être présenté après les législatives de juin, ndlr - sans être capable de dire comment elle serait compensée, ne peut que nous inquiéter fortement", peut-on lire.

Pour les journalistes du service public, l'équation à résoudre se résume en ces termes : "Soit l'Etat continue de financer l'audiovisuel public et mobilise de l'argent public, donc celui du contribuable. Soit il ne compense pas la fin de la redevance et réduit donc les moyens de l'audiovisuel public". "D'autre part, la redevance garantit l'indépendance du service public audiovisuel, en particulier de son information. Car c'est un impôt directement affecté au financement de l'audiovisuel public. Une fois voté, il ne dépend plus de la (bonne) volonté du pouvoir ou de ses (mauvaises) humeurs", poursuivent encore les professionnels de l'information, attachés à "une information de qualité, indépendante et pluraliste (...) et capable d'enquêter sur les pouvoirs politique et économique".

"Je tiens à l'audiovisuel public et à son indépendance"

Sur France Inter, Emmanuel Macron s'était défendu de toute ingérence durant son premier quinquennat. "Je tiens à l'audiovisuel public et à son indépendance", avait-il assuré. Le président sortant avait affirmé qu'une partie des dépenses de l'audiovisuel public était déjà financée directement par l'Etat, la redevance actuelle ne permettant pas de couvrir l'ensemble des besoins du secteur. "Le système actuel ne garantit déjà plus cette indépendance", avait-il conclu.

l'info en continu
Audiences dimanche : Record pour "Sept à huit", Michel Drucker au million, "Enquête exclusive" à son plus bas
Audiences
Audiences dimanche : Record pour "Sept à huit", Michel Drucker au million,...
Audiences : "Vera" sur France 3 plus forte que "Taxi 5" sur TF1
Audiences
Audiences : "Vera" sur France 3 plus forte que "Taxi 5" sur TF1
Ce soir à la télé : Une première pour Florence Foresti !
Programme TV
Ce soir à la télé : Une première pour Florence Foresti !
"Je ne comprends pas l'intérêt qu'elle représente" : Pascal Bataille dézingue Léa Salamé
TV
"Je ne comprends pas l'intérêt qu'elle représente" : Pascal Bataille dézingue Léa...
"I3P" : La nouvelle série avec Marc Lavoine et Barbara Schulz arrive le jeudi 20 octobre sur TF1
Programme TV
"I3P" : La nouvelle série avec Marc Lavoine et Barbara Schulz arrive le jeudi 20...
"Dans la vie, on me parle comme ça, je mets une droite" : Christophe Willem agacé des questions sur sa sexualité
Radio
"Dans la vie, on me parle comme ça, je mets une droite" : Christophe Willem agacé...