Tex perd son procès contre la production des "Z'Amours"

Partager l'article
Vous lisez:
Tex perd son procès contre la production des "Z'Amours"
Le licenciement pour faute grave de Tex confirmé par la justice
Le licenciement pour faute grave de Tex confirmé par la justice © Abaca
La Cour d'appel de Paris a confirmé le licenciement pour faute grave de l'animateur suite à sa blague racontée sur C8 en 2017.

Un dérapage confirmé. Comme le relate ce jour "La Lettre A", l'animateur Tex a été débouté de ses demandes par la Cour d'appel de Paris, dans un arrêt rendu le 3 décembre dernier. Ce dossier oppose depuis plus de deux ans l'ex-animateur des "Z'Amours" et son employeur, la société de production Sony Pictures Television. Le 30 novembre 2017, en direct sur C8 dans l'émission "C'est que de la télé", alors animée par Julien Courbet, Tex avait lancé en toute fin de programme une blague jugée choquante par de nombreuses personnes. "Comme c'est un sujet ultra sensible, je la tente : les gars, vous savez ce qu'on dit à une femme qui a déjà les deux yeux au beurre noir ? Elle est terrible, celle-là. On ne lui dit plus rien ! On vient déjà de lui expliquer deux fois !", s'était-il exclamé.

À lire aussi
Ruth Elkrief animera les débats de la primaire écologiste sur LCI le 8 et 22 septembre
TV
Ruth Elkrief animera les débats de la primaire écologiste sur LCI le 8 et 22...
Mort de Jean-Yves Lafesse : De nombreuses personnalités lui rendent hommage
TV
Mort de Jean-Yves Lafesse : De nombreuses personnalités lui rendent hommage
NRJ Music Awards : TF1, NRJ et la mairie de Cannes prolongent leur partenariat jusqu'en 2024
TV
NRJ Music Awards : TF1, NRJ et la mairie de Cannes prolongent leur partenariat...
Bernard Poirette rebondit sur LCI à partir de demain
TV
Bernard Poirette rebondit sur LCI à partir de demain

L'émoi avait été tel que Tex, de son vrai nom Jean-Christophe Le Texier, avait été licencié pour faute grave par son producteur à la fin de l'année 2017 après 17 ans de collaboration. Le trublion avait alors choisi de contester son licenciement devant le conseil des prud'hommes de Paris. L'année dernière, si les juges ont requalifié ses 144 CDD (contrats à durée déterminée) cumulés en CDI (contrat à durée indéterminée) mais à temps partiel, lui ouvrant la voie à un dédommagement de 45.000 euros, ils ont en revanche confirmé le licenciement pour faute grave et n'ont donc pas suivi l'animateur dans sa demande de dédommagement de l'ordre de 1,2 million d'euros. L'avocat de Tex, Jérémie Assous, avait alors réagi pour déplorer l'absence de "cohérence juridique" de cette décision suite à laquelle il avait décidé d'interjeter appel.

Des enregistrements accablants

La Cour d'appel de Paris a confirmé à son tour le mois dernier la décision des prud'hommes et donc le licenciement pour faute grave ainsi que le versement de 45.000 euros d'indemnités à Tex en rejetant le droit à l'humour invoqué par ce dernier qui a, par ses propos, enfreint la clause du contrat qui lie Sony et France Télévisions et qui stipule que l'animateur ne doit pas tenir de propos contraires "à l'ordre public et aux bonnes moeurs".

Pour étoffer le dossier contre son ex-animateur vedette, Sony Pictures Television avait également montré les rushes des derniers enregistrements des "Z'Amours" - qui s'étaient poursuivis quelques jours au début du mois de décembre 2017 - dans lesquels il tenait notamment des propos dégradants à l'égard d'une candidate qualifiée de "chiennasse avec (des) grosses loches". Ces propos avaient été tenus pendant les temps de pauses de l'émission, ce qu'avait dénoncé Tex, estimant le procédé déloyal, mais la production a souligné que l'animateur était au courant que les caméras continuaient de tourner durant l'intervalle et la justice a donc jugé les extraits recevables.

Ainsi que l'a relevé la Cour d'appel de Paris faisant référence à la lettre de rupture envoyée par Sony Pictures Television, "le comportement adopté par Mr Le Z (Tex, ndlr) dans les jours qui ont suivi son intervention dans l'émission 'C'est que de la télé !', loin de le distancier de la banalisation apparente de la violence vis-à-vis des femmes résultant des termes de la 'blague' proférée, renforçait au contraire cette banalisation, sous le prétexte d'une censure imputée à son employeur, indirectement mis en cause à plusieurs reprises au cours de ces tournages".

L'avocate du producteur, Maître Hélène de Saint Germain Savier, a en outre rappelé le timing fâcheux de la polémique déclenchée par la blague de Tex, en plein scandale Harvey Weinstein et alors que le gouvernement avait lancé une campagne nationale contre les violences faites aux femmes.

l'info en continu
Ruth Elkrief animera les débats de la primaire écologiste sur LCI le 8 et 22 septembre
TV
Ruth Elkrief animera les débats de la primaire écologiste sur LCI le 8 et 22...
Droits TV de la Ligue 1 : Canal+ peut se défaire de son contrat de sous-licence avec beIN Sports
Justice
Droits TV de la Ligue 1 : Canal+ peut se défaire de son contrat de sous-licence...
"Le Monde" n'a pas été distribué au Maroc cette semaine
Presse
"Le Monde" n'a pas été distribué au Maroc cette semaine
Mort de Jean-Yves Lafesse : De nombreuses personnalités lui rendent hommage
TV
Mort de Jean-Yves Lafesse : De nombreuses personnalités lui rendent hommage
NRJ Music Awards : TF1, NRJ et la mairie de Cannes prolongent leur partenariat jusqu'en 2024
TV
NRJ Music Awards : TF1, NRJ et la mairie de Cannes prolongent leur partenariat...
Après 19 ans sur RTL, Christelle Rebière fait ses adieux à la station
Radio
Après 19 ans sur RTL, Christelle Rebière fait ses adieux à la station