Tex viré de France 2 : La cour de cassation juge la sanction "proportionnée" et déboute l'animateur

Partager l'article
Vous lisez:
Tex viré de France 2 : La cour de cassation juge la sanction "proportionnée" et déboute l'animateur
Par Ludovic Galtier Journaliste
Né en Isère entre le tirage de la première boule noire de l'histoire de "Motus" - "Oh-ohohohoh" - et la première visite de candidats à "Fort Boyard", Ludovic Galtier est journaliste à Puremédias depuis octobre 2021. Il est passionné par la politique, l'économie des médias et leur stratégie de programmation.
La blague douteuse de Tex. © France 2
La cour de cassation a jugé mercredi que le licenciement de Tex après une blague sexiste "ne porte pas une atteinte excessive à la liberté d'expression garantie à un salarié".

Le licenciement de Tex "ne constituait pas une atteinte disproportionnée à la liberté d'expression du salarié", a tranché, ce mercredi 20 avril, la chambre sociale de la cour de cassation. Pour rappel, Tex, alors animateur des "Z'amours" sur France 2, avait lancé le 30 novembre 2017, en direct sur C8 dans l'émission "C'est que de la télé", une blague sexiste. "Comme c'est un sujet ultra sensible, je la tente : les gars, vous savez ce qu'on dit à une femme qui a déjà les deux yeux au beurre noir ? Elle est terrible, celle-là. On ne lui dit plus rien ! On vient déjà de lui expliquer deux fois !", s'était-il exclamé.

À lire aussi
Jean-Marc Morandini condamné pour "corruption de mineurs" à un an de prison avec sursis, l'animateur va faire appel
Justice
Jean-Marc Morandini condamné pour "corruption de mineurs" à un an de prison avec...
Affaire Morandini : Ce que la justice reproche à l'animateur de CNews avant le jugement attendu ce lundi 5 décembre
Justice
Affaire Morandini : Ce que la justice reproche à l'animateur de CNews avant le...
Propos du professeur Perronne dans "Les grandes gueules" : RMC définitivement sanctionnée après la mise en demeure
Justice
Propos du professeur Perronne dans "Les grandes gueules" : RMC définitivement...
Le youtubeur Léo Grasset visé par une plainte pour "viol"
Justice
Le youtubeur Léo Grasset visé par une plainte pour "viol"

"Une faute contractuelle" de Tex

Quelques jours plus tard, au cours de l'enregistrement d'épisodes de sa quotidienne, l'intéressé avait "fait allusion aux critiques que lui valait sa plaisanterie et y a ajouté des propos de même nature", a rappelé la plus haute juridiction de l'ordre judiciaire français. "La société de production audiovisuelle (Sony Pictures Television, ndlr) a licencié l'animateur (salarié depuis 2000, ndlr) pour faute grave. Le conseil des prud'hommes puis la cour d'appel ont jugé que ce licenciement était justifié", a-t-elle contextualisé dans la foulée.

Les faits exposés, la Cour a cherché à répondre aux questions suivantes : "Les propos reprochés au salarié constituaient-ils une faute du salarié dans l'exécution de son contrat de travail ?", "la liberté d'expression garantie au salarié fait-elle obstacle à son licenciement lorsque les propos reprochés sont présentés comme une plaisanterie ?" Après avoir étudié le dossier, elle affirme que "le licenciement d'un animateur de télévision ayant fait une 'blague' sexiste était, au regard de divers facteurs, une sanction proportionnée qui ne porte pas une atteinte excessive à la liberté d'expression garantie à un salarié".

La Cour considère en effet que l'ex-présentateur des "Z'amours" s'était engagé dans son contrat de travail à respecter une charte établie par France 2. "Cette charte lui imposait de ne pas tenir de propos de haine ou de mépris à raison du sexe et de ne pas valoriser les violences sexistes, quels que soient les médias dans lesquels il apparaîtrait". Dès lors, "le fait de tenir ces propos constituait une faute contractuelle".

"Sony poursuivait un but légitime en limitant la liberté d'expression" de Tex

"L'animateur salarié a tenu des propos sexistes à l'antenne alors que plusieurs événements récemment médiatisés venaient rappeler la nécessité d'une lutte contre les violences domestiques et les discriminations à raison du sexe", ajoute-t-elle. "En limitant la liberté d'expression de son animateur, la société de production audiovisuelle poursuivait un but légitime de lutte contre ce type de comportements, de protection de sa réputation et de ses droits".

Par cette décision, tient enfin à faire savoir la Cour de cassation, celle-ci "ne juge pas qu'un humoriste n'a pas le droit de faire une telle 'blague' à la télévision. En effet, la Cour de cassation se place ici dans le cadre du contrat de travail que l'intéressé avait signé pour exercer un métier d'animateur à la télévision".

Tex
Tex
"C'est hallucinant" : Tex réagit à la décision de la Cour de cassation concernant son éviction de France 2
Tex perd son procès contre la production des "Z'Amours"
"Les Z'Amours" : Le licenciement pour faute grave de Tex confirmé par les prud'hommes
Voir toute l'actualité sur Tex
Autour de Tex
  • Michel Denisot
  • Julien Lepers
l'info en continu
Frédéric Moget, directeur général de Paramount France : "En 2022, toutes les étoiles se sont alignées pour nous"
Interview
Frédéric Moget, directeur général de Paramount France : "En 2022, toutes les...
"Vous me prenez pour une conne !" : Roselyne Bachelot, agacée, s'emporte contre Éric Brunet sur RTL
Radio
"Vous me prenez pour une conne !" : Roselyne Bachelot, agacée, s'emporte contre...
"La France a un incroyable talent" : Qui sont les finalistes de la saison 17 sur M6 ?
TV
"La France a un incroyable talent" : Qui sont les finalistes de la saison 17 sur M6 ?
Journée de la laïcité : LCP diffuse ce matin une reconstitution avec des comédiens des débats de la loi de 1905
TV
Journée de la laïcité : LCP diffuse ce matin une reconstitution avec des comédiens...
Audiences access 20h : "Touche pas à mon poste" en repli sur C8
Audiences
Audiences access 20h : "Touche pas à mon poste" en repli sur C8
Audiences access 19h : Nagui large leader sur France 2
Audiences
Audiences access 19h : Nagui large leader sur France 2