USA : les amis Facebook considérés comme des témoins ordinaires par la justice

Partager l'article
Vous lisez:
USA : les amis Facebook considérés comme des témoins ordinaires par la justice
Facebook
Facebook © DR
La justice américaine a autorisé la divulgation d'informations privées postées sur le réseau social aux autorités par ses amis Facebook.

Après le licenciement de plusieurs employés qui avaient liké la page Facebook du concurrent politique de leur supérieur en Virginie, la question du respect de la liberté d'expression, garantie par le premier amendement de la Constitution américaine, a de nouveau été posée devant la justice du pays. Un jeune Américain, soupçonné d'appartenir à un gang new-yorkais mêlé dans des affaires de drogue et de meurtre, s'est en effet opposé à une perquisition du tribunal qui a eu accès, par le biais de ses amis Facebook, à des informations privées qu'il avait postées sur le réseau social.

À lire aussi
"Demain nous appartient" : Le feuilleton de TF1 de retour dès le 15 juin à un nouvel horaire
Séries
"Demain nous appartient" : Le feuilleton de TF1 de retour dès le 15 juin à un...
"N'oubliez pas les paroles" : Un candidat emblématique absent du tournoi des maestros
TV
"N'oubliez pas les paroles" : Un candidat emblématique absent du tournoi des...
Jacques Legros ("13 Heures" de TF1) : "Je suis sans doute sorti de mon rôle"
Interview
Jacques Legros ("13 Heures" de TF1) : "Je suis sans doute sorti de mon rôle"

Au cours de son enquête, la police de l'Etat de New York a en effet eu accès, grâce à la coopération des amis Facebook de Melvin Colon, à des renseignements mobilisés comme éléments de preuve lors du procès du jeune homme : messages relatifs à des actes de violence, menaces envers des gangs rivaux, déclarations de loyauté à l'égard de son propre gang... Considérant cette pratique illégale car contraire à son droit à la liberté d'expression et au quatrième amendement de la Constitution relatif aux perquisitions, Melvin Colon a décidé de saisir une cour du district de l'État de New York qui a rendu sa décision il y a une dizaine de jours.

A l'instar du tribunal de Newport News en Virginie qui avait considéré que le fait de "liker" une page ou un commentaire n'était pas protégé par la Constitution, le magistrat new-yorkais a considéré que "les limites du respect de la vie privée de Melvin Colon ont été atteintes lorsqu'il a publié des messages visibles par ses 'amis' dans la mesure où ces derniers sont libres de répandre ces informations comme bon leur semble, en les partageant notamment avec les autorités", rapporte The Daily Mail. Considérant que le jeune homme avait publié ces messages "à ses risques et périls", la justice américaine a ainsi considéré comme compatible avec la Constitution le fait de divulguer librement les contenus publiés par ses amis sur Facebook aux autorités.

Facebook
Facebook
Facebook va verser 52 millions de dollars à ses modérateurs
Facebook perd-il des abonnés en France ?
Droit voisin : Facebook propose une alternative aux éditeurs de presse
Facebook Watch noue un partenariat avec M6
Voir toute l'actualité sur Facebook
l'info en continu
"Baghdad Central" : Arte diffusera la série britannique sur l'intervention militaire en Irak
Séries
"Baghdad Central" : Arte diffusera la série britannique sur l'intervention...
Crédit d'impôt pour la pub télé : Le gouvernement dit non
Politique
Crédit d'impôt pour la pub télé : Le gouvernement dit non
Tom Cruise va tourner son prochain film dans l'espace
Cinéma
Tom Cruise va tourner son prochain film dans l'espace
Une série "Millenium" en préparation chez Amazon
Séries
Une série "Millenium" en préparation chez Amazon
HBO Max : La plateforme SVOD de Warner lancée aujourd'hui aux Etats-Unis
SVOD
HBO Max : La plateforme SVOD de Warner lancée aujourd'hui aux Etats-Unis
"Dark" saison 3 : Netflix dévoile la bande-annonce et la date de mise en ligne
Séries
"Dark" saison 3 : Netflix dévoile la bande-annonce et la date de mise en ligne
Vidéos Puremedias