"Ce n'est pas une sanction" : Léa Salamé explique son retrait provisoire de l'antenne de France Inter

Partager l'article
Vous lisez:
"Ce n'est pas une sanction" : Léa Salamé explique son retrait provisoire de l'antenne de France Inter
Léa Salamé explique son retrait provisoire de France Inter © France Inter
Son compagnon, Raphaël Glucksmann, mènera la liste Place Publique pour les élections européennes à venir.

Elle sera de retour le 27 mai. Vendredi dernier, France Inter a annoncé que son intervieweuse Léa Salamé se retirera provisoirement de la matinale de la station dès jeudi prochain afin d'éviter "tout soupçon de conflit d'intérêts" en raison de la présence de Raphaël Glucksmann à la tête de la liste Place Publique aux prochaines élections européennes. La journaliste sera remplacée par Alexandra Bensaïd, son joker habitel, qui co-animera la matinale avec Nicolas Demorand et assurera l'interview de 7h50 en son absence. Léa Salamé se retire également provisoirement de la présentation de "L'émission politique" sur France 2 mais continuera d'animer le magazine culturel "Stupéfiant".

À lire aussi
Photo du gouvernement : La mauvaise expérience d'un photographe de "Libération"
Presse
Photo du gouvernement : La mauvaise expérience d'un photographe de "Libération"
"Koh-Lanta" : Les 24 candidats des "4 Terres"
TV
"Koh-Lanta" : Les 24 candidats des "4 Terres"
Mediapro et Netflix vont proposer une offre commune à moins de 30 euros par mois
Sport
Mediapro et Netflix vont proposer une offre commune à moins de 30 euros par mois

"Cette décision me coûte mais je l'assume"

Ce matin, sur France Inter, la présentatrice a tenu à expliquer de vive voix sa décision. "Chers auditeurs, je me permets de mettre le pied dans la porte des lumineuses 80 secondes de Nicolas Demorand car vos habitudes matinales risquent d'être quelque peu perturbées ces prochaines semaines", a-t-elle débuté. Et de poursuivre : "Je vais me retirer provisoirement de l'antenne de France Inter parce que nous rentrons dans une période de campagne et que Raphaël Glucksmann, qui est mon compagnon à la vie, est candidat à ces européennes."

Elle a souligné que "cette décision" était "la sienne", "en accord avec la direction" : "Ce n'est pas une sanction. C'est moi qui ai pris l'initiative d'en parler en toute franchise avec mes patronnes avec lesquelles j'ai d'ailleurs eu la chance de discuter longuement et librement". "Cette décision me coûte mais je l'assume. Certains la jugeront critiquable, voire rétrograde. On pourrait targuer que ce serait faire insulte à votre intelligence, que personne ne tient mon stylo, que j'ai toujours placé ma neutralité et mon éthique professionnelle au-dessus de tout", a précisé Léa Salamé. Par ailleurs, la journaliste a estimé qu'on devrait "savoir en 2019 (...) qu'une femme n'a pas le cerveau de son mari" et "qu'elle ne devrait pas attendre à la maison que son mari fasse carrière".

"Je suis, je reste et je resterai toujours journaliste"

"Alors pourquoi cette décision ? Parce que ma profession de journaliste n'a jamais été aussi critiquée, attaquée et vilipendée. Nous vivons à l'ère du soupçon, largement relayé par les réseaux sociaux. Je ne veux pas prendre le risque d'être instrumentalisée pour l'abîmer davantage. (...) Je ne veux pas qu'on me reproche une quelconque collusion ou impartialité", a expliqué Léa Salamé. Et de conclure : "Je suis, je reste et je resterai toujours journaliste. C'est pour cela qu'une fois la campagne passée, je serai là au rendez-vous, à vous réveiller, avec cette magnifique équipe de la matinale qui va me manquer". puremedias.com vous propose de visionner la séquence.

Invité samedi dans "C l'hebdo" sur France 5, Raphaël Glucksmann s'est confié sur le retrait provisoire de sa campagne de France Inter et France 2 : "Je pense que c'est un acte d'amour incroyable parce que c'est quelqu'un qui a toujours placé son travail au-dessus de tout dans sa vie. Je vais culpabiliser...". "Ca me bouleverse, pour dire la vérité. C'est sa décision. Je la connais, je sais qu'on n'a pas tout le temps les mêmes idées, qu'elle a toujours placé sa déontologie au-dessus de tout, que jamais elle n'a été influencée par mes opinions dans la manière qu'elle a d'interroger les gens. Les auditeurs ou les téléspectateurs ne savent toujours pas quel est son parti pris politique dans la vie", a souligné la tête de liste aux européennes.

Léa Salamé
Léa Salamé
Interview de Carlos Ghosn sur Inter : Léa Salamé défendue par sa patronne
Grève à la SNCF : Léa Salamé contredit Elisabeth Borne sur la hausse du prix des billets de train pour Noël
"Journaliste investigateur délateur" : Ségolène Royal dénonce les méthodes de la cellule investigation de Radio France
Léa Salamé : "Oui, j'ai déjà pris la grosse tête"
Voir toute l'actualité sur Léa Salamé
Sur le même thème
l'info en continu
France Télévisions : Le Tour de France sera commenté cette année depuis Paris pour raison sanitaire
Sport
France Télévisions : Le Tour de France sera commenté cette année depuis Paris pour...
"Voltaire, Mixte" : Pierre Deladonchamps héros de la nouvelle série d'Amazon Prime Video
Séries
"Voltaire, Mixte" : Pierre Deladonchamps héros de la nouvelle série d'Amazon Prime...
"Une famille en or" de retour avec Camille Combal sur TF1
TV
"Une famille en or" de retour avec Camille Combal sur TF1
"Cuisine impossible" : Juan Arbelaez et Julien Duboué arrivent en prime time ce soir sur TF1
Programme TV
"Cuisine impossible" : Juan Arbelaez et Julien Duboué arrivent en prime time ce...
L'Eurovision va avoir une version américaine
TV
L'Eurovision va avoir une version américaine
"K2000" va devenir un film
Cinéma
"K2000" va devenir un film
Vidéos Puremedias