"J'avais peur qu'elle se barre" : Charline Vanhoenacker évoque sa confrontation avec Marine Le Pen

Partager l'article
Vous lisez:
"J'avais peur qu'elle se barre" : Charline Vanhoenacker évoque sa confrontation avec Marine Le Pen
Charline Vanhoenacker
Charline Vanhoenacker © C. RUSSEIL / FTV
La journaliste humoriste s'exprime longuement dans les colonnes de "Vanity Fair" cette semaine.

Charline Vanhoenacker intime. Cette semaine, l'humoriste belge fait l'objet d'un long portrait aux côtés de ses compères chansonniers de France Inter, parmi lesquels Pierre-Emmanuel Barré, dans les colonnes de "Vanity Fair". L'occasion pour elle de revenir sur sa montée en grâce au fil des dernières années sur la station publique et de rappeler qu'elle est toujours une "journaliste", à ceci près qu'elle "prend un peu plus de liberté que les autres".

À lire aussi
Audiences : Journée noire hier pour TF1
Audiences
Audiences : Journée noire hier pour TF1
"Koh-Lanta" : Les 24 candidats des "4 Terres"
TV
"Koh-Lanta" : Les 24 candidats des "4 Terres"
Audiences : "Fort Boyard" devancé par "Roches noires", TF1 au plus bas avec Franck Dubosc
TV
Audiences : "Fort Boyard" devancé par "Roches noires", TF1 au plus bas avec Franck...

Jamais avare de bons mots, Charline Vanhoenacker ne se prive pas de donner son avis sur les candidats, tel Emmanuel Macron qu'elle compare à un "baril de lessive, nouvelle formule". "Tu l'ouvres et surprise, rien de neuf sous le couvercle : Jacques Attali et Alain Minc sont à l'intérieur" s'amuse-t-elle. Grinçante, elle explique ensuite avoir horreur d'être interrompue par les hommes politiques lors de sa chronique dans la matinale de France Inter, jugeant que "C'est assez désagréable de se faire exploser sa chronique par un mec qui dit plus de conneries que (soi)".

"Si Le Pen est élue, nous ferons tous notre autocritique"

La journaliste-humoriste revient ensuite sur sa confrontation avec Marine Le Pen dans "L'Emission Politique" de France 2, au sein de laquelle elle assure le billet humoristique qui sert de conclusion au programme. Si elle reconnaît avoir longtemps été persuadée qu'il "ne fallait pas" qu'elle rencontre la présidente du Front National, Charline Vanhoenacker déclare avoir "réfléchi comme jamais" avant ladite confrontation, envisageant notamment que la candidate frontiste "(lui) réponde violemment" ou "Pire encore, qu'elle (la) remercie pour (son) humour". "Ça aurait été le baiser de la mort" tranche-t-elle, lucide, ajoutant avoir eu peur "qu'elle se barre".

Finalement, la confrontation, survenue dans "L'Emission Politique" le 9 février dernier, s'est déroulée bien mieux que les scenarii catastrophe imaginés par l'humoriste. Interrogée sur une éventuelle élection de Marine Le Pen, Charline Vanhoenacker assure qu'elle ne quittera "sûrement pas" Paris, expliquant que dans cette situation, "les humoristes feront (leur) autocritique" mais ne "déserteront pas".

Sur le même thème
l'info en continu
Le Daily News n'aura plus de rédaction physique
Presse
Le Daily News n'aura plus de rédaction physique
"La Marseillaise" : "La Provence" ne déposera finalement pas d'offre de reprise
Presse
"La Marseillaise" : "La Provence" ne déposera finalement pas d'offre de reprise
Téléfoot : Mediapro conclut un accord de distribution avec Bouygues
Business
Téléfoot : Mediapro conclut un accord de distribution avec Bouygues
Eric Di Meco : "Une finale de Ligue des champions, ça ne se refuse pas"
Sport
Eric Di Meco : "Une finale de Ligue des champions, ça ne se refuse pas"
Audiences : Bon niveau pour "L'Equipe d'Estelle" sur L'Equipe
Audiences
Audiences : Bon niveau pour "L'Equipe d'Estelle" sur L'Equipe
"Le vrai mag" : A quoi ressemblera le "CFC" de Téléfoot ?
Sport
"Le vrai mag" : A quoi ressemblera le "CFC" de Téléfoot ?
Vidéos Puremedias