"Libération" : Nouvelle crise entre la rédaction et la direction

Partager l'article
Vous lisez:
"Libération" : Nouvelle crise entre la rédaction et la direction
Par Benoit Daragon Journaliste
La crise continue à "Libération"
La crise continue à "Libération"
Pierre Fraidenraich, le nouveau patron de "Libération", a trouvé "assez minable" l'accueil qui lui a été réservé par les salarié du journal.

La crise s'enlise... Mercredi, les salariés de "Libération" ont réservé un accueil glacial à Pierre Fraidenraich, le nouveau patron du journal. Ce jour-là, ils ont publié dans leur rubrique quotidienne "Nous sommes un journal" un portrait très acerbe de leur dirigeant, ressortant ses casseroles, critiquant tour à tour son bilan à la tête d'i-TELE, son goût pour les jolies journalistes, sa vision low-cost des médias, et surtout, sa proximité avec Nicolas Sarkozy.

À lire aussi
"Têtu" : Le groupe SOS et la fondation Le Refuge annoncent la reprise du magazine dédié aux questions LGBTQIA+
Presse
"Têtu" : Le groupe SOS et la fondation Le Refuge annoncent la reprise du magazine...
Incertitude autour d'une éventuelle cession de "Marianne" : Les journalistes "dénoncent la brutalité de ces méthodes"
Presse
Incertitude autour d'une éventuelle cession de "Marianne" : Les journalistes...
Isabelle Saporta virée de la direction de Fayard en raison de "différends stratégiques", des noms circulent déjà pour la remplacer
Presse
Isabelle Saporta virée de la direction de Fayard en raison de "différends...
"Natacha Polony s'éloigne de Daniel Kretinsky intellectuellement" : CMI France réfléchit à céder "Marianne"
Presse
"Natacha Polony s'éloigne de Daniel Kretinsky intellectuellement" : CMI France...

Ce matin-là, les premiers pas du nouveau dirigeant dans les locaux du journal ont donc été très froids. Accompagné de Bruno Ledoux, le propriétaire du journal et de François Moulias, le président du directoire, Pierre Fraidenraich s'est exprimé devant l'ensemble des salariés. Une Assemblée générale dont il devrait se souvenir tant la rencontre a été tendue. "Ce fut un moment accablant, presque triste. Mercredi matin, le grand patron (...) venait se présenter devant l'équipe, dans la grande salle du hublot. Pierre Fraidenraich se tenait debout, les mains dans les poches. Mise en scène cruelle", écrivent ce matin les salariés dans leur rubrique quotidienne.

"Je trouve ça assez minable"

La présentation de son projet a été jugée très floue par l'assemblée et les salariés ne sont pas gênés pour le lui dire. "Pierre, si vous tenez à Libération, dites que vous ne prendrez pas ce poste. Partez", a lancé un journaliste au nom de ses camarades. "Je n'ai pas grand-chose à répondre. Je suis très surpris. Déjà, avant même d'avoir à me présenter à vous, on a esquissé les contours d'un portrait, que vous avez lu. Je n'ai même pas envie de le qualifier parce que je trouve ça tellement bas et assez minable. Là-dessus je ne vais pas m'exprimer", a répondu Pierre Fraidenraich qualifiant l'accueil de "très pestilentiel" et démentant être sarkozyste. Ambiance...

Pierre Fraidenraich a également défendu le modèle low-cost. "C'est le sens de l'histoire de la presse française, que vous le vouliez ou que vous ne le vouliez pas", a-t-il lancé. Ce matin, dans une interview aux "Echos", il présente un peu plus en détail son projet pour le journal : "Nous travaillons à la constitution d'un groupe multimédia qui comportera plusieurs piliers, plusieurs filiales et peut-être demain plusieurs marques. Nous avons des projets ambitieux qui passeront par des développements et des acquisitions susceptibles d'assurer au groupe une rentabilité issue de sources de revenus diversifiées". Une diversification qui doit, selon lui, permettre à "Libé" de redevenir profitable en 2016 alors que le journal a perdu entre 1 et 1,5 million d'euros en 2013. Très mal en point, le journal pourrait être placé en redressement judiciaire la semaine prochaine*.

Alors que les relations sont extrêmement tendues entre la direction et la rédaction, celle-ci a appris hier que Fabrice Rousselot, qui était le directeur de la rédaction depuis juillet 2013, quittait son poste. Il reste toutefois au sein du journal et va retrouver cet été son poste de correspondant aux Etats-Unis.

* A lire sur le même sujet : Le propriétaire de "Libération" renfloue le journal de 4 millions d'euros

Libération
Libération
"Libération" accusé de "fake news" : La direction s'explique après la Une polémique contenant une photo générée par l'IA
"Une procédure indigne d'un pays démocratique" : Trois journalistes de "Libération" convoqués par la police judiciaire de Lille
Une journaliste de "Libération" écartée d'un déplacement d'Emmanuel Macron au Gabon
"Des méthodes de voyou" : Jordan Bardella annonce attaquer "Libération" pour diffamation après un article sur ses impôts
Voir toute l'actualité sur Libération
l'info en continu
"30 euros brut d'augmentation par mois" : Après 11 jours de grève, les correspondants régionaux de France 2 ("20 Heures", "Télématin") annoncent la fin de leur mouvement
TV
"30 euros brut d'augmentation par mois" : Après 11 jours de grève, les...
"On ne mélange pas les torchons et les serviettes" : Pourquoi Philippe Candeloro ne couvrira pas les Jeux olympiques de Paris cet été sur France Télévisions
TV
"On ne mélange pas les torchons et les serviettes" : Pourquoi Philippe Candeloro...
"La Voix a décidé de prendre un peu de repos" : 24 heures avant le retour de "Secret Story" sur TF1, Dominique Duforest, mythique voix du jeu, annonce son départ
TV
"La Voix a décidé de prendre un peu de repos" : 24 heures avant le retour de...
Netflix : 24 heures après sa sortie, ce film d'action époustouflant s'impose en tête du top dans 83 pays
SVOD
Netflix : 24 heures après sa sortie, ce film d'action époustouflant s'impose en...
"Un accident domestique" : Kendji Girac donne sa version des faits sur le tir par balle dont il a été victime
TV
"Un accident domestique" : Kendji Girac donne sa version des faits sur le tir par...
Marie-Sophie Lacarrau ("13 Heures" de TF1) : "'Votre plus beau marché', c'est le Routard ou le guide Michelin, gagner, c'est s'offrir un label"
Interview
Marie-Sophie Lacarrau ("13 Heures" de TF1) : "'Votre plus beau marché', c'est le...