BFMTV : Accusé de "faute professionnelle", Bruce Toussaint répond à une sénatrice

Partager l'article
Vous lisez:
BFMTV : Accusé de "faute professionnelle", Bruce Toussaint répond à une sénatrice
Bruce Toussaint © BFMTV
Annick Billon, parlementaire UDI, était intervenue vendredi matin sur BFMTV pour évoquer la proposition de loi visant à protéger les mineurs contre les crimes sexuels.

Elle accuse Bruce Toussaint, il se défend. Ce week-end, sur Twitter, plusieurs centaines de comptes, dont plusieurs personnalités comme Alexandra Lamy et Tristane Banon, ont relayé un hashtag #Avant15anscestNON, accusant le Sénat d'avoir adopté une proposition de loi autorisant les relations sexuelles entre un majeur et un mineur à partir de 13 ans. Ces nombreux messages étaient d'ailleurs accompagnés d'un extrait découpé d'une interview donnée par Annick Billon, sénatrice UDI, qui porte la proposition de loi, à Bruce Toussaint sur BFMTV vendredi dernier.

À lire aussi
Une nouvelle allocution pour Emmanuel Macron ce soir à 20h
Politique
Une nouvelle allocution pour Emmanuel Macron ce soir à 20h
Chronologie des médias : Le gouvernement tranchera "à la fin de l'été" en cas d'absence d'accord
Politique
Chronologie des médias : Le gouvernement tranchera "à la fin de l'été" en cas...
Emmanuel Macron en interview sur BFMTV et RMC à 14h30
Politique
Emmanuel Macron en interview sur BFMTV et RMC à 14h30
Roselyne Bachelot estime "impossible" le décompte des temps de parole des éditorialistes
Politique
Roselyne Bachelot estime "impossible" le décompte des temps de parole des...

"Il y a des relations sexuelles consenties entre un adolescent et un très jeune adulte"

Dans cette séquence, issue d'un long échange entre la parlementaire centriste, intervenant en visio, et Arnaud Gallais, co-fondateur du collectif Prévenir et protéger, présent en plateau, la femme politique est venue défendre sa proposition de loi visant à protéger les mineurs contre les crimes sexuels. Annick Billon a entre autres expliqué les raisons du choix du seuil d'âge à 13 ans dans son projet de loi visant à créer dans le Code pénal une infraction autonome du viol, intitulée crimes sexuels sur mineurs.

"Ce seuil, il préserve aussi des relations sexuelles qui peuvent être consenties. Il ne faut pas se voiler la face. Il y a des relations sexuelles consenties entre un adolescent et un très jeune adulte. Si vous estimez qu'il ne peut pas y avoir de relations consenties entre un jeune qui a 14 ans et un autre qui a 17 ans... Moi, je pense que ça existe. Il ne faut pas les criminaliser d'office", a déclaré Annick Billon. Et d'être interrompue par Bruce Toussaint : "Ce n'est pas tout à fait la même chose à 14 et 17 ans, et à 13 et 18 ans. Vous ouvrez la possibilité d'une relation entre une personne de 13 ans et une personne de 18 ans. Si j'ai bien compris. Ca me paraît assez étonnant".

"Je ne peux pas vous laisser dire ça"

A ce moment, le logiciel permettant à la sénatrice d'intervenir en visio a commencé à buguer, l'empêchant d'être complètement audible à l'antenne. "Déjà, c'est une avancée... Beaucoup de gens ne veulent même pas d'un seuil... et qui expliquent qu'il peut y avoir des enfants qui sont consentants. Ca, il ne faut pas l'oublier. Et quand je vous dis qu'il peut y avoir des relations entre de très jeunes adultes et des adolescents...", a poursuivi Annick Billon, la voix saccadée par ce qui semblait être un problème de connexion.

"Madame Billon, c'est Bruce Toussaint qui vous parle. Vous entendre dire à l'antenne que des enfants sont consentants, moi, ça me pose un problème. Je ne peux pas vous laisser dire ça. C'est votre liberté de le croire. C'est ma responsabilité de vous dire que vous ne pouvez pas dire ça. Je ne vous censure pas. Je trouve ça dérangeant. Je vous le dis calmement", a recadré le présentateur de la chaîne, permettant ensuite à la sénatrice de poursuivre ses explications durant une minute. puremedias.com vous propose de visionner la séquence.

"Je dois assurer la maîtrise de l'antenne"

Découpé et relayé sur les réseaux sociaux, cet extrait a provoqué l'ire de nombreux internautes et certaines associations. Interrogée ce lundi par Public Sénat, Annick Billon a estimé qu'on "ne l'avait pas laissée s'exprimer" et que ses "propos ont été isolés". Elle a d'ailleurs dénoncé un procédé "extrêmement malhonnête" et "une faute professionnelle" de la part du journaliste.

Joint par puremedias.com, Bruce Toussaint explique quant à lui avoir été "interpellé" et "choqué" par certaines phrases prononcées par la femme politique lors de son intervention sur BFMTV vendredi dernier. "Je le dis à l'antenne car je dois assurer la maîtrise de l'antenne", précise-t-il. Et d'ajouter : "Je ne suis pas sûr d'être malhonnête compte tenu de toute l'activité qu'il y a autour de sa loi. J'ai le sentiment qu'elle a pu parfaitement exprimer ses idées et que ses propos sont contestables. C'est l'une des raisons pour lesquelles je les ai contestées". Il souligne d'ailleurs que la séquence diffusée sur les réseaux sociaux, à l'origine de son bad buzz, n'a pas été découpée par la chaîne, mais par un internaute. "C'est un sujet trop sensible pour faire de la petite polémique", conclut-il.

l'info en continu
Netflix signe un accord avec l'actrice Jennifer Garner pour plusieurs films
SVOD
Netflix signe un accord avec l'actrice Jennifer Garner pour plusieurs films
Jacques Legros en larmes à la fin du "13 Heures" de TF1
TV
Jacques Legros en larmes à la fin du "13 Heures" de TF1
"Hawkeye" : La nouvelle série Marvel sortira le 24 novembre sur Disney+
Séries
"Hawkeye" : La nouvelle série Marvel sortira le 24 novembre sur Disney+
"Brooklyn Nine-Nine" : La bande-annonce de la saison finale
Séries
"Brooklyn Nine-Nine" : La bande-annonce de la saison finale
"Waterworld" : Une série en préparation 25 ans après la sortie du film
Séries
"Waterworld" : Une série en préparation 25 ans après la sortie du film
"Black Widow" : Scarlett Johansson attaque Disney en justice après la sortie en streaming du film
Internet
"Black Widow" : Scarlett Johansson attaque Disney en justice après la sortie en...