Elise Lucet (TV Notes 2015) : "Cash Investigation n'est pas remis en cause par la nouvelle direction"

Partager l'article
Vous lisez:
Elise Lucet (TV Notes 2015) : "Cash Investigation n'est pas remis en cause par la nouvelle direction"
Elise Lucet
Elise Lucet © Christophe Russeil /FTV
Selon notre sondage TV Notes 2015, "Cash Investigation" est le magazine de reportages de la saison.

Trois ans après sa création, "Cash Investigation" s'est imposée dans le PAF. L'émission est primée pour la première fois par notre sondage annuel des TV Notes. Sa présentatrice, Elise Lucet, reçoit le prix du meilleur magazine de reportages de la saison devant "Sept à huit" et "Secrets d'histoire". Une nouvelle consécration pour ce magazine qui fait l'évènement à chacune de ses diffusions.

À lire aussi
Photo du gouvernement : La mauvaise expérience d'un photographe de "Libération"
Presse
Photo du gouvernement : La mauvaise expérience d'un photographe de "Libération"
Mediapro et Netflix vont proposer une offre commune à moins de 30 euros par mois
Sport
Mediapro et Netflix vont proposer une offre commune à moins de 30 euros par mois
Affaire Clémentine Sarlat : Trois salariés licenciés à la suite de l'enquête interne à France Télévisions
TV
Affaire Clémentine Sarlat : Trois salariés licenciés à la suite de l'enquête...

Propos recueillis par Benoît Daragon.

puremedias.com : Elise Lucet, comment percevez-vous ce prix ?
Elise Lucet : Je suis très contente, toute l'équipe de "Cash" aussi. L'avis du public est très important. Ca nous touche que leurs votes soient allés vers une émission exigeante, un vrai magazine d'investigation. A chaque diffusion, on voit bien que l'émission rencontre un large public mais c'est toujours plaisant d'avoir d'autres retours que ceux de l'antenne. Et on sait que nos enquêtes ont un écho important dans l'opinion. Elles sont aussi révélatrices de ce que doit être le service public. Nous nous devons d'aborder des sujets que les autres ne traitent pas et d'adopter une façon de travailler à l'anglo-saxonne, en prenant le temps d'enquêter. On passe des mois pour faire ces enquêtes touffues, avec de l'info et des révélations. Avec la volonté d'être de l'autre côté du miroir et de ne pas se laisser enfermer par les communicants.

"Il y aura beaucoup de numéros de "Cash" diffusés à la rentrée"

C'est un magazine incarné par vous. Pensez-vous que votre participation facilite ce lien avec les téléspectateurs ?
Sans doute oui, mais je ne suis pas juste une jolie vitrine ! Car je prépare ce magazine avec tout le reste de l'équipe et je participe avec eux à l'enquête en me rendant sur le terrain. C'est un travail de longue haleine qui nécessite un engagement de tous. C'est un journalisme avec un ton différent. Très sérieux dans le fond, et parfois plus léger dans la forme. Pour moi, ce n'est pas une simple présentation, mais un engagement journalistique. Je suis complètement à l'aise avec ça !

Ce prix est paradoxal car vous le gagnez l'année où il y a eu le moins de numéros de "Cash" à l'antenne !
C'est vrai, car nous ne diffusons les émissions que quand nous estimons qu'elles sont totalement terminées. Mais on en a gardé pour la rentrée, il y aura beaucoup de numéros de "Cash" diffusés ces prochains mois.

En prime-time ?
Oui, mais pas uniquement.

On peut savoir sur quels sujets ?
Bien sûr que non ! (rires)

"Oui, il y a toujours des entreprises qui ne souhaitent pas nous répondre. Et ce n'est pas malin..."

Après 16 numéros, les entreprises ont-elles changé leur attitude quand vous les sollicitez, de peur que vous fassiez un happening ?
Je n'aime pas qu'on parle de "happening" car ce n'est pas de la mise en scène, et vous le savez. Je débarque quand l'enquête est bloquée par une entreprise qui après 4 ou 5 sollicitations refuse délibérément de nous répondre. Mais, oui, il y a toujours des entreprises qui ne souhaitent pas nous répondre. Et ce n'est pas malin car elles devraient commencer à savoir qu'on viendra quand même à leur rencontre. On ne lâche rien ! Moi, si j'avais un conseil à donner à un dir com' c'est de nous répondre car ils savent qu'on fera 30 ou 40 minutes quoi qu'il arrive sur leur entreprise. Ce serait plus intelligent que de se laisser accoster à l'improviste... La première année, je pouvais comprendre mais au bout de 4 ans !

Ce refus, c'est plutôt une bonne chose pour vous, non ?
Ca prouve surtout que la plupart des entreprises sont toujours dans une relation de communication avec les journalistes !

Ce magazine a été très soutenu par Thierry Thuillier. Son départ vous inquiète ?
Avec l'ancienne équipe dirigeante, on a eu le soutien de toute le monde : de la direction de la chaîne, de celle de la rédaction mais aussi de la présidence du groupe. Et c'est très important ! On est dans une période de transition, il y a beaucoup de rumeurs. Celles qui disaient que Delphine Ernotte n'aimait pas l'émission sont totalement infondées. J'en ai eu plusieurs confirmations. L'émission n'est pas du tout remise en cause par la nouvelle direction !

"Je serai de retour aux commandes du 13 Heures à la rentrée !"

Vous expliquez régulièrement que, dans l'idéal, vous aimeriez arrêter le 13 heures pour vous consacrer à temps plein à "Cash". Où en êtes vous dans cette réflexion ?
Je me pose toujours la question... Je prends toujours autant de plaisir à présenter le JT tous les jours. Si un jour, le moment se présente, pourquoi pas. Mais je serai de retour aux commandes du 13 Heures à la rentrée ! Après je réfléchis à l'avenir, c'est normal. Mais pour être honnête, je ne suis pas certaine qu'il faille réfléchir intensément à ce genre de chose quand il y a un changement de direction.

Ces dernières semaines, vous vous vous êtes engagée contre un projet de directive européenne sur le secret des affaires...
Oui et notre pétition a recueilli 350.000 signatures à ce jour. En trois semaines, c'est bien ! Elle dépasse largement le petit monde du journalisme mais mobilise l'ensemble du pays !

Vous êtes optimiste ?
Nous avons été reçus par Fleur Pellerin. On sent que la classe politique française commence à se mobiliser. Malgré les amendements, on reste inquiets. On ne veut pas qu'une exception pour les journalistes soit ajoutée. On demande le retrait du principe de secret des affaires, qui va rendre impossible la révélation d'affaires comme celles du Mediator, de Mosanto ou les LuxLeaks. Les Français et les Européens on un droit à l'information sur le milieu des affaires. L'instauration de dommages et intérêts pour les entreprises altèrerait fortement le droit à l'information.

Elise Lucet
Elise Lucet
Elise Lucet (P1) : "Greta Thunberg, Kylian Mbappé et Bilal Hassani ont une méfiance du milieu journalistique"
Elise Lucet élue journaliste la plus influente en 2019 devant Anne-Claire Coudray et Laurence Ferrari
Elise Lucet répond aux critiques de Marlène Schiappa sur "Envoyé Spécial" et "Cash Investigation"
"Cash Investigation", "Envoyé Spécial" : Elise Lucet fait sa rentrée les 11 et 13 septembre sur France 2
Voir toute l'actualité sur Elise Lucet
Sur le même thème
l'info en continu
"The Resident" : La saison 2 reprend le 26 août sur TF1
Programme TV
"The Resident" : La saison 2 reprend le 26 août sur TF1
"Elite" : Le tournage de la saison 4 interrompu après un cas de COVID-19
Séries
"Elite" : Le tournage de la saison 4 interrompu après un cas de COVID-19
"The Voice Kids" : Kendji Girac devient coach dès le 22 août sur TF1
Programme TV
"The Voice Kids" : Kendji Girac devient coach dès le 22 août sur TF1
Stéphane Plaza arrive sur Gulli
TV
Stéphane Plaza arrive sur Gulli
Télévision : Les décrets relatifs à la publicité et à la programmation cinéma (enfin) publiés
Politique
Télévision : Les décrets relatifs à la publicité et à la programmation cinéma...
Gérald Darmanin : "Edwy Plenel a franchi les limites de l'ignominie"
Politique
Gérald Darmanin : "Edwy Plenel a franchi les limites de l'ignominie"
Vidéos Puremedias