Emmanuel Macron s'écharpe avec un syndicaliste sur RMC

Partager l'article
Vous lisez:
Emmanuel Macron s'écharpe avec un syndicaliste sur RMC
Emmanuel Macron © RMC
Le ministre de l'Economie a eu un très vif échange avec Mickael Wamen, ex-salarié Goodyear récemment condamné à neuf mois de prison ferme pour "séquestration".

Ca a bardé ce matin sur RMC. Jean-Jacques Bourdin recevait Emmanuel Macron et Mickael Wamen. Très remonté, l'ex-salarié Goodyear, syndicaliste CGT, a une première fois interpellé vivement le ministre de l'Economie sur sa volonté de plafonner les indemnités de prud'hommes.

À lire aussi
Audiences radio été 2020 : Inter leader en baisse, RTL plonge, France Info en forme, Europe 1 au plus bas
Audiences
Audiences radio été 2020 : Inter leader en baisse, RTL plonge, France Info en...
"13 Heures" de TF1 : Marie-Sophie Lacarrau succède à Jean-Pierre Pernaut
TV
"13 Heures" de TF1 : Marie-Sophie Lacarrau succède à Jean-Pierre Pernaut
Audiences : "La Stagiaire" leader, début mitigé pour "Un homme ordinaire" sur M6, catastrophe pour TF1
Audiences
Audiences : "La Stagiaire" leader, début mitigé pour "Un homme ordinaire" sur M6,...

"Parfois avec de bonnes idées, on devient pyromane !"

Mickael Wamen a ensuite de nouveau attaqué le ministre. "Le 31 octobre 2011, on est venus sur notre parking nous faire des promesses. Elles en sont où ces promesses aujourd'hui ? On a fait l'ANI (accord national interprofessionnel, ndlr) qui permet non pas de sécuriser l'emploi mais de sécuriser les licenciements. Parce que M. Macron, si vos lois avaient été mises en place quand Goodyear a annoncé la fermeture du site en 2007, on n'aurait pas pu se battre pendant sept ans. En six mois, on aurait été licencié", a estimé Mickael Wamen. Et de lancer sur un ton vif : "Vous facilitez les fermetures d'entreprises et c'est comme ça que vous laissez croire aux Français que vous allez créer de l'emploi. On marche complètement sur la tête".

Piqué au vif, Emmanuel Macron a tenu à répondre avec la même vigueur. "Mais ce que vous êtes en train dire en voulant interdire le licenciement ou de mettre des cartons à celui qui embauche en lui disant 'Si tu t'en sépares, dans X années ça va te coûter peut-être une fortune' cela a une conséquence, qui fait souffrir les Français aujourd'hui : on n'embauche plus. C'est ça la réalité des choses", a répliqué le ministre.

Ce dernier a ensuite poursuivi : "Interdire le licenciement, c'est une idée facile, pardon de le dire. On peut vous la répéter, cela fait plaisir sur un plateau. Mais la réalité des choses, quand vous interdisez le licenciement c'est que vous bloquez les embauches ! Cela n'existe pas d'interdire les licenciements ! Ou alors vous vivez dans une économie fermée administrée. Ça n'est pas l'économie française. Il y a en effet deux millions de salariés qui travaillent pour des entreprises étrangères. On a besoin de l'investissement et des entrepreneurs qui prennent des risques". Et d'ajouter en haussant le ton : "Le combat que vous avez mené, il a conduit à bloquer pendant 7 ans et demi l'entreprise ! Parfois avec de bonnes idées, on devient pyromane !".

"On est dans la merde !"

"Ne vous énervez pas. Est-ce que je me suis énervé, moi ?", a alors commenté Mickael Wamen. "Vous parlez comme un député de l'opposition. Vous parlez comme Alain Gest ou Xavier Bertrand", a-t-il ensuite lancé un peu plus tard à Emmanuel Macron. "Que m'en importe !", a réagi ce dernier. "Je suis en train de vous dire la vérité. Ce qui m'importe c'est la reconversion des salariés, c'est la revitalisation du site". "Mais on est dans la merde ! Grâce à vous il y a 800 chômeurs. Grâce à qui, grâce à vous ! Qu'est-ce que vous avez fait pour les salariés d'Amiens-Nord ?", a lâché le syndicaliste, tandis que Jean-Jacques Bourdin hurlait pour tenter de reprendre le contrôle des débats.

"Si, nous nous sommes battus. C'est Arnaud Montebourg qui s'est battu", a précisé Emmanuel Macron. "C'est facile de dire Arnaud Montebourg. Vous êtes le Arnaud Montebourg bis et vous faites pire que lui", conteste alors Mickael Wamen, avant que Jean-Jacques Bourdin ne reprenne la main. Emmanuel Macron a fini par quitter le studio, non sans avoir serré la main du syndicaliste. puremedias.com vous propose de revoir cette séquence.

Sur le même thème
l'info en continu
Départ de Marie-Sophie Lacarrau : Julian Bugier est le nouveau titulaire du "13 Heures" de France 2
TV
Départ de Marie-Sophie Lacarrau : Julian Bugier est le nouveau titulaire du "13...
"L'Express" : La rédaction réclame les embauches promises par Alain Weill
Presse
"L'Express" : La rédaction réclame les embauches promises par Alain Weill
"TPMP : Elles refont la télé" : Hapsatou Sy lève le voile sur sa bande de chroniqueuses
TV
"TPMP : Elles refont la télé" : Hapsatou Sy lève le voile sur sa bande de...
L'acteur Michael Lonsdale est mort
Cinéma
L'acteur Michael Lonsdale est mort
"Laëtitia" : France 2 diffuse la mini-série événement de Jean-Xavier de Lestrade à partir de ce soir
Programme TV
"Laëtitia" : France 2 diffuse la mini-série événement de Jean-Xavier de Lestrade à...
France Télé : Bon bilan pour le Tour de France programmé exceptionnellement en septembre
Audiences
France Télé : Bon bilan pour le Tour de France programmé exceptionnellement en...
Vidéos Puremedias