Karine Le Marchand (P2) : "Un couple lesbien dans 'L'amour est dans le pré' ? C'est mon voeu"

Partager l'article
Vous lisez:
Karine Le Marchand (P2) : "Un couple lesbien dans 'L'amour est dans le pré' ? C'est mon voeu"
Karine Le Marchand est l'invitée spéciale de puremedias.com. © Philippe Quais/Pascal and Co/M6
L'animatrice de M6 est l'invitée spéciale de puremedias.com aujourd'hui.

Après Thierry Ardisson fin octobre et Denis Brogniart en décembre, Karine Le Marchand est la troisième invitée spéciale de la saison et la première de l'année 2021 de puremedias.com ! L'animatrice de M6 prend la parole à l'occasion du lancement ce soir en prime time de "Opération Renaissance", un nouveau programme qu'elle incarne et produit. Dans cette deuxième partie de l'entretien, Karine Le Marchand revient sur la dernière saison de "L'amour est dans le pré" et dévoile quelques détails sur celle à venir sur la Six*.

À lire aussi
Franck Gastambide ("Validé") : "La série est devenue un propulseur de talents"
Interview
Franck Gastambide ("Validé") : "La série est devenue un propulseur de talents"
Jean-Michel Aphatie : "Emmanuel Macron a peu réfléchi à ce que devait être la communication d'un président"
Interview
Jean-Michel Aphatie : "Emmanuel Macron a peu réfléchi à ce que devait être la...
Pierre Ménès : "Je n'ai aucune rancoeur contre Canal+"
Interview
Pierre Ménès : "Je n'ai aucune rancoeur contre Canal+"
Stéphane Sitbon-Gomez (France Télévisions) : "Nous aurions aimé faire plus d'audience avec 'The Artist'"
Interview
Stéphane Sitbon-Gomez (France Télévisions) : "Nous aurions aimé faire plus...

A LIRE : Karine Le Marchand (P1) : "J'espère vraiment changer le regard des gens sur les personnes obèses"
Karine Le Marchand (P3) : "'Une ambition intime' reviendra sur M6 pour l'élection présidentielle"
Karine Le Marchand (P4) : "Je vais produire un documentaire sur les braqueurs"

Propos recueillis par Florian Guadalupe.

puremedias.com : Vous avez fêté vos 10 ans à la tête de "L'amour est dans le pré". N'êtes-vous toujours pas lassée ?
Karine Le Marchand
: Non ! La dernière saison a pourtant été très compliquée à cause de l'épidémie. En plus, je suis une tactile. Je souffre beaucoup de l'incapacité de prendre les gens dans mes bras et de les embrasser. J'avais très peur que la Covid nous empêche de voir naître des histoires. Mais nous nous en sommes sortis. Comme ils ont tous été testés, ils ont très vite enlevé les masques entre eux. Rapidement, il y a eu des rapprochements. Puis, cette saison a quand même été un succès. L'émission reste un programme familial. Et ça montre que l'amour, le lien et l'espoir n'appartiennent pas au passé. Je pense au contraire que ce sont des valeurs d'avenir.

Ils ont dit
"Je n'oublie pas la détresse dans laquelle j'ai rencontré certains agriculteurs".
Karine Le Marchand

Après 15 saisons, l'émission continue de se maintenir à un très bon niveau d'audience. Êtes-vous surprise de cette longévité ?
Je n'ai pas le recul. Je n'ai jamais présenté un programme avec une telle longévité - avant de commencer la présentation de "La France a un incroyable talent" -. Alors... Oui et non. Il y a quand même les éternels habitués. C'est un programme qui est dans le coeur des Français, toutes générations confondues et toutes origines sociales confondues. Il n'y en a pas beaucoup des émissions comme ça. Je connais des gens de tous bords qui regardent "L'amour est dans le pré". Par exemple, il y a une famille très riche - dont je vais taire le nom - qui est délirante ! J'ai appris qu'ils faisaient des soirées "L'amour est dans le pré" en faisant venir des ballots de paille, de la charcuterie et du bon vin. Ils regardent en famille sur un écran géant, dans un décor de grange. (rires) Il y a 1.000 façons de regarder le programme.

La saison dernière, vous avez fait évoluer la mécanique. Vous êtes désormais très présente lors des speed dating. Allez-vous conserver ce format ?
Oui. Ca a été archi validé par tout le monde. Apparemment, j'ai les mêmes réactions que les gens sur leur canapé. (rires) Ca a beaucoup plu, je crois !

La production a aussi apporté de nombreux courriers de dernière minute en cours de tournage. Vous aviez vraiment envie de les caser, non ?
Non, ce n'est pas ça. Avec la Covid, nous avons eu beaucoup de retard. A un moment donné, nous devions tourner les speed dating. La poste n'a pas été parfaite pendant le confinement. On a eu des paquets de lettres qui sont arrivés plus tard. Pour Eric, le chevrier, sa prétendante Claudine est partie le soir-même. C'était au début du programme. Alors, quand nous sommes arrivés au bilan, nous avions une lettre. Nous la lui avons donnée. Moi, je suis du côté des agriculteurs. Je n'oublie pas la détresse dans laquelle j'ai rencontré certains d'entre eux. J'ai de l'espoir. Puis, pour l'autre Eric, une prétendante lui avait écrit et sa lettre était arrivée juste après les speed dating. Nous avons trouvé qu'ils se correspondaient bien. Quand nous avons vu que ça n'avait pas marché avec ses premières prétendantes, nous lui avons donné cette nouvelle lettre.

Ils ont dit
"Je milite pour qu'on ait de plus en plus d'agriculteurs sensibles à la cause animale".
Karine Le Marchand

Avez-vous la crainte chaque saison qu'un agriculteur n'ait pas de lettres ?
Non. C'est déjà arrivé plusieurs fois. C'est la vie. C'est surtout une crainte pour eux. Parfois, il arrive aussi que des agriculteurs n'aient pas tout à fait conscience de l'offre et de la demande. Il y a beaucoup de fantasmes autour du portrait-robot qu'on peut faire de l'être idéal. Si on rêve d'un mannequin qui quitterait tout pour venir vivre avec nous, à la ferme, toute nue avec ses bottes en caoutchouc, le mannequin ne se présentera pas. Pour l'écriture des lettres, ça fait fuir celles qui ne se reconnaissent pas dans les portraits. Il y a des candidats qui ne comprennent pas que la personne dont ils rêvent n'existe pas. Et parfois, il y a des gens qui sont odieux et les téléspectateurs s'en aperçoivent. Ils sont très aguerris maintenant.

Va-t-on avoir un jour un couple lesbien dans "L'Amour est dans le pré" ?
C'est mon voeu. Ce serait tout à fait logique. (sourire)

Dans "ADP", il y a peu d'élevages porcins, de volailles, ou de gavages de canard, souvent pointés du doigt par des associations animalistes. Avez-vous une certaine réflexion concernant le choix des secteurs des agriculteurs ?
On a déjà eu des élevages porcins et des gavages d'oie. Ce n'est pas du tout un problème pour nous. Dans la saison prochaine, nous avons d'ailleurs un éleveur porcin. Par ailleurs, dans certaines régions, le gavage d'oie est souvent une activité secondaire. Ca leur fait un complément de revenus en fin d'année. En revanche, moi, à titre personnel, je suis très sensible à la cause de la maltraitance animale. J'essaye toujours de faire passer mon petit message. La saison prochaine, je demande à l'éleveur porcin pourquoi on coupe la queue aux cochons, pourquoi on leur coupe les dents et si on ne peut pas faire autrement. En l'occurrence, je milite pour qu'on ait de plus en plus d'agriculteurs sensibles à la cause animale. Je pense que c'est un mouvement de fond chez les agriculteurs. La saison dernière, on a eu beaucoup de personnes dans la permaculture et dans le bio. Je n'en avais pas du tout il y a dix ans. De toute façon, ils n'ont pas le choix. Si les gens veulent vendre leurs produits, ils vont devoir prendre cette orientation.

* L'entretien a eu lieu à la fin du mois de décembre.

L'amour est dans le pré
L'amour est dans le pré
"L'amour est dans le pré" : Une candidate bouche bée face à un prétendant... déjà vu en méditation
"L'amour est dans le pré" : La saison 16 à découvrir sur M6 à partir de ce soir
"L'amour est dans le pré" : Découvrez les candidats de la saison 16 sur M6
"L'amour est dans le pré" : Les portraits de la saison 16 dès ce soir sur M6
Voir toute l'actualité sur L'amour est dans le pré
l'info en continu
Cinéma : Près d'un Français sur deux a déserté les salles depuis le passe sanitaire
Cinéma
Cinéma : Près d'un Français sur deux a déserté les salles depuis le passe...
"Nous ne lâcherons rien" : "Le Point" poursuit son bras de fer avec Google sur les droits voisins
Presse
"Nous ne lâcherons rien" : "Le Point" poursuit son bras de fer avec Google sur les...
"Germinal" : La série historique évènement de France 2 débute ce soir
Programme TV
"Germinal" : La série historique évènement de France 2 débute ce soir
"Le furet" : Mathieu Madénian et Claire Keim dans une comédie inédite le lundi 15 novembre sur TF1
Programme TV
"Le furet" : Mathieu Madénian et Claire Keim dans une comédie inédite le lundi 15...
Audiences access 20h : "TPMP" leader talks en forme, "28 minutes" en hausse, "C'est Canteloup" en repli
Audiences
Audiences access 20h : "TPMP" leader talks en forme, "28 minutes" en hausse,...
Audiences access 19h : Nagui leader, "DNA" remonte, Gaessler en recul, "C à vous" en forme
Audiences
Audiences access 19h : Nagui leader, "DNA" remonte, Gaessler en recul, "C à vous"...