Laurence Bloch (France Inter) : "C'est un moment vraiment historique"

Partager l'article
Vous lisez:
Laurence Bloch (France Inter) : "C'est un moment vraiment historique"
Par Christophe Gazzano Journaliste
D’un naturel curieux et passionné de télé, Christophe Gazzano a toujours nourri le désir de devenir journaliste. Après ses études et une dizaine d’années passées dans la presse régionale, ce natif de Salon-de-Provence est “monté à la capitale” pour intégrer Pure Médias en 2017.
Laurence Bloch directrice de France Inter
Laurence Bloch directrice de France Inter © Radio France/Christophe Abramowitz
La directrice de France Inter livre à puremedias.com son analyse des dernières audiences radio et détaille les prochains dossiers de sa station.

Les bonnes vagues d'audiences se suivent et se ressemblent pour France Inter. Sur la période novembre/décembre 2017, selon Médiamétrie, la station du service public conforte sa deuxième place dans le classement des stations les plus écoutées de France. Elle réunit chaque jour en moyenne 6.107.000 auditeurs, pour 11,1% de parts d'audience, soit une progression de 97.000 paires d'oreilles sur un an et même 110.000 de plus par rapport à la période septembre/octobre 2017. Laurence Bloch, directrice de France Inter, commente ces résultats pour puremedias.com.

À lire aussi
Gilles Tanguy : "J'aurais lancé 'L'informé' même si Vincent Bolloré n'avait pas racheté Prisma Media"
Interview
Gilles Tanguy : "J'aurais lancé 'L'informé' même si Vincent Bolloré n'avait pas...
Manon éliminée de "N'oubliez pas les paroles" : "J'ai fait une erreur bête qui m'a été fatale"
Interview
Manon éliminée de "N'oubliez pas les paroles" : "J'ai fait une erreur bête qui m'a...
Karim Rissouli : "Si j'ai arrêté 'C Politique', c'est parce que j'allais dans le mur"
Interview
Karim Rissouli : "Si j'ai arrêté 'C Politique', c'est parce que j'allais dans le...

Propos recueillis par Christophe Gazzano

A la vue de cette dernière vague d'audiences, tous les indicateurs semblent être au vert pour France Inter...
Je vais utiliser un grand mot, mais je pense que c'est un moment vraiment historique pour Inter. C'est la 6e fois que la chaîne est au-dessus des 11 points. Avant, les stades historiques, c'étaient 10,5 points. La station est la seule de toutes les généralistes à progresser, alors que nous ne sommes pas dans une année politique. C'est une vague record. En novembre/décembre, c'était déjà une vague record avec 11,2 points* et là on est à 11,3 points*. Ça prouve la solidité de la grille, la solidité de tous les carrefours stratégiques d'audience et ça prouve que quand on travaille à fabriquer une grille cohérente, claire, constante, ça marche. Les auditeurs savent où ils se trouvent quand ils écoutent Inter.

Autre motif de satisfaction pour vous : la matinale de France Inter repasse devant celle de RTL et redevient donc la plus écoutée de France avec le duo Nicolas Demorand/Léa Salamé.
Oui et sur tous les indicateurs. Quand on change un "anchorman", il y a toujours un petit effet de surprise et de tremblement (Patrick Cohen a quitté France Inter pour Europe 1 à la rentrée, ndlr). Il y a eu une petite baisse sur la vague de septembre/octobre, mais la matinale est redevenue en une vague la plus écoutée de France. Les interviews de Léa Salamé et de Nicolas Demorand sont les plus écoutées de France et le journal de 8h est le journal le plus écouté de France. Il y a une vraie cohérence, il n'y avait donc pas de raison pour qu'on ne reste pas la matinale la plus écoutée.

Ils ont dit
"Toute la journée fonctionne bien."
Laurence Bloch

Le reste de la grille est lui aussi marqué par des progressions.
Nagui ("La Bande originale") a une très belle et une très forte progression, il gagne 104.000 auditeurs* en un an. Antoine (De Caunes, qui anime "Popopop", ndlr), c'est spectaculaire. Par rapport aux résultats de l'année dernière dans la même tranche, il gagne 40% d'auditeurs en plus (en 2017, à la même période, était diffusée "La récréation", émission consacrée à la musique classique, ndlr). Avec "Par Jupiter !" (animée par Charline Vanhoenacker et Alex Vizorek, ndlr), toutes les vagues sont des vagues record et celle-là en est encore une avec un gain de 142.000 auditeurs* en un an. La tranche de Fabienne Sintès (le "18/20") avait reculé en septembre/octobre car il y avait eu un changement d'"anchorman", mais elle a regagné 179.000 auditeurs* par rapport à la dernière vague. Toute la journée fonctionne bien, il y a donc matière à se réjouir.

Y a-t-il une émission un peu plus faible que les autres malgré tout ?
Il n'y a aucun endroit critique, aucun. Il faut qu'on retravaille un tout petit peu le "6h30/7h", en légère baisse sur cette vague, mais c'est vraiment un travail d'ajustement. Il y a eu là-aussi un changement de présentateur à la rentrée et il faut donc que les auditeurs s'habituent. Il n'y a aucune raison pour que ça ne monte pas.

Ils ont dit
"J'ai demandé à Catherine Nayl de travailler sur la question du digital."
Laurence Bloch

Catherine Nayl, ex-directrice de l'information du groupe TF1, est devenue au début de l'année directrice de l'information de France Inter. Lui avez-vous confié des dossiers prioritaires ?
Il faut qu'elle maintienne l'identité de l'information de France Inter et les bonnes audiences, mais je n'ai pas de doute là-dessus. C'est parce qu'on garde l'identité de la chaîne qu'on a de bonnes audiences. Je lui ai demandé de travailler beaucoup sur la question du digital.

Justement, lors d'une précédente interview, vous aviez déclaré vouloir faire de France Inter une radio "de plus en plus numérique". Qu'est-ce-que cela signifie concrètement ?
Il faut qu'on soit plus actif sur le positionnement de nos contenus sur le digital et notamment en matière d'information. Tous nos carrefours d'information sont extraordinairement puissants chez nous. Si vous prenez le "13h" par exemple, entre 13h et 13h15, on est à 1.248.000 auditeurs* ; le premier concurrent est à 620.000*. Il faut que cette puissance de l'information à la radio soit aussi puissante sur le digital, en arpentant les chemins qui sont les siens. C'est-à-dire : l'international, le politique et la culture.
Par ailleurs, il faut qu'on travaille sur des podcasts natifs (des podcasts originaux, qui ne sont pas liés à des émissions de la grille, ndlr). On a beaucoup de projets. Avec le podcast natif, vous touchez des tribus et des communautés que vous pouvez ensuite ramener sur la chaîne. Pour moi, il y a trois grands dossiers pour le digital : l'information, qui doit devenir aussi puissante sur le digital qu'elle l'est sur le support classique ; la question des podcasts natifs, qu'on est en train de développer et puis il y a la question de l'interactivité. On a des auditeurs très contributeurs, très engagés, comme par exemple dans "Le téléphone sonne". Il faut que cet engagement des auditeurs existe aussi sur le digital.

Quelles formes pourraient prendre ces podcasts natifs ?
On devrait annoncer ça très vite. On a trois projets très avancés.

Ils ont dit
"Une grille, ça se construit lentement."
Laurence Bloch

Si les bonnes nouvelles s'enchaînent pour France Inter, c'est loin d'être le cas pour Europe 1, qui réalise son pire score historique sur cette vague, malgré la présence d'anciens membres de France Inter, à commencer par le présentateur de la matinale, Patrick Cohen. Qu'est-ce-que cela vous inspire ?
Ce n'est plus mon sujet. Cela me conforte juste dans une idée : une grille, ça se construit lentement et l'essentiel c'est d'avoir une promesse éditoriale qui soit claire, cohérente, constante. Les auditeurs, quand ils écoutent France Inter, ils savent qu'ils sont sur France Inter. C'est l'info, l'humour, la culture, l'éclectisme, la curiosité, l'énergie et la bonne humeur. On n'a jamais dévié de ça, c'est l'esprit qu'on a voulu préserver et on a cherché les gens qui venaient incarner cet esprit-là. Je pense que c'est comme ça qu'il faut faire : trouver une ligne éditoriale et les gens qui l'incarnent.

Donc, France Inter en résumé ?
France Inter va bien. France Inter continue de progresser et a le sourire. Toute ma reconnaissance va aux équipes. Elles n'ont jamais lâché la rampe et ça a été très important pour moi.

* chiffres en audience cumulée
France Inter
France Inter
Médias : Le mouvement de grève perturbe les radios, télévisions et la presse
France Inter : Une humoriste accuse une proche de Nagui de "harcèlement", la direction plaide le "différend"
France Inter : Augustin Trapenard ému aux larmes pour la dernière de "Boomerang"
France Inter : Nathalie Iannetta et Claude Askolovitch aux commandes de "L'esprit sport" à la rentrée
Voir toute l'actualité sur France Inter
Autour de France Inter
  • Pascale Clark
  • Frédéric Mitterrand
  • Charline Vanhoenacker
  • Sophia Aram
  • Jean-Luc Hees
  • Philippe Vandel
  • François Morel
  • Philippe Val
  • Isabelle Giordano
l'info en continu
Réforme des retraites : Qu'est-ce que le cabinet Occurrence qui compte le nombre de manifestants pour les médias ?
Politique
Réforme des retraites : Qu'est-ce que le cabinet Occurrence qui compte le nombre...
Football : Apple lance son offre pour la MLS
Sport
Football : Apple lance son offre pour la MLS
Céline Géraud arrive à l'animation d'"Europe 1 Sport" le 7 février
Radio
Céline Géraud arrive à l'animation d'"Europe 1 Sport" le 7 février
Jean-Pierre Pernaut : Un an après sa mort, TMC rend hommage au journaliste le vendredi 24 février
Programme TV
Jean-Pierre Pernaut : Un an après sa mort, TMC rend hommage au journaliste le...
"Paris Match" : La rédaction dénonce la disparition progressive des "Une" people depuis l'arrivée de Vincent Bolloré
Presse
"Paris Match" : La rédaction dénonce la disparition progressive des "Une" people...
"Il est à la limite du mensonge" : Samuel Étienne revient sur sa mauvaise expérience avec Jean Castex sur Twitch
Internet
"Il est à la limite du mensonge" : Samuel Étienne revient sur sa mauvaise...