Laurence Bloch (Inter) : "C'est notre deuxième meilleure saison historique après un chambardement peu ordinaire"

Partager l'article
Vous lisez:
Laurence Bloch (Inter) : "C'est notre deuxième meilleure saison historique après un chambardement peu ordinaire"
Par Florian Guadalupe Journaliste
Passionné de sport, de politique et des nouveaux médias, Florian Guadalupe est journaliste pour Puremédias depuis octobre 2015. Ses goûts pour le petit écran sont très divers, de "Quelle époque" à "L'heure des pros", en passant par "C ce soir", "Koh-Lanta", "L'équipe du soir" et "La France a un incroyable talent".
Laurence Bloch
Laurence Bloch © Abaca
La directrice de France Inter livre à puremedias.com son analyse des dernières audiences radio de la saison et détaille ses projets pour la rentrée.

Belle saison pour France Inter. Sur la période avril/juin 2018, la première radio publique reste puissante mais accuse d'une baisse de 340.000 auditeurs sur une vague et passe sous la barre des 6 millions de fidèles. Toutefois, la station signe sa deuxième meilleure saison historique, devancée uniquement par celle de 2016/2017. puremedias.com a demandé à la patronne de la station, Laurence Bloch, d'analyser ces résultats et d'évoquer les prochains chantiers pour la rentrée.

À lire aussi
100e épisode de "Plus belle la vie" sur TF1 : Intrigues, personnages, audiences.... Clémentine Planchon, la productrice de la série, fait le bilan
Interview
100e épisode de "Plus belle la vie" sur TF1 : Intrigues, personnages,...
JoeyStarr, héros du "Remplaçant" sur TF1 : "Je pourrais jouer un pilote de ligne borgne, transgenre ou unijambiste"
Interview
JoeyStarr, héros du "Remplaçant" sur TF1 : "Je pourrais jouer un pilote de ligne...
Thomas Scimeca, nouvelle recrue de "HPI" sur TF1 : "Il fallait tout de suite en imposer et ce n'est pas évident quand on débarque en saison 4"
Interview
Thomas Scimeca, nouvelle recrue de "HPI" sur TF1 : "Il fallait tout de suite en...
Euro 2024, Coupe du monde 2026, Finale de Ligue des champions, Football féminin... : Frédéric de Vincelles dévoile la stratégie sport du groupe M6
Interview
Euro 2024, Coupe du monde 2026, Finale de Ligue des champions, Football féminin......

Propos recueillis par Florian Guadalupe.

puremedias.com : Sur cette vague, France Inter repasse sous la barre des 6 millions d'auditeurs. Comment l'expliquez-vous ?
Laurence Bloch : La vague avril/juin, comme la vague septembre/octobre, structurellement, ce sont toujours de très mauvaises vagues pour France Inter. Pourquoi ? C'est le syndrome de la salle de cinéma. Quand il fait beau, quand il y a des longs week-ends, quand il y a des vacances, nos auditeurs, qui sont des CSP+, n'écoutent pas la radio, ils partent en week-end et vont sur la plage.

Il y a aussi un effet lié à une actualité moins riche et aux préparatifs de la Coupe du monde de football, non ?
C'est toujours très compliqué pour nous. On monte vraiment en puissance à partir de novembre et jusqu'en avril. Il y a effectivement cette année l'absence de l'enjeu de la présidentielle. L'événement national était aussi le sport. Ce n'est pas complètement ce qui passionne nos auditeurs, même si sur la fin, la demi-finale et la finale, on était, comme tout le monde, acharné sur l'équipe de France.

Ils ont dit
"Sur la matinale, on est resté fidèle à nous-mêmes"
Laurence Bloch

Vous signez tout de même une très belle saison, puisque c'est la deuxième meilleure historique. Quels ont été les points forts de cette année ?
C'est d'abord la matinale qui reste numéro 1, aussi bien en audience cumulée qu'en quart d'heure moyen et qu'en durée d'écoute. C'est une vraie performance. C'est notre deuxième meilleure saison historique après un chambardement peu ordinaire la saison dernière. Le 7/9 reste donc la première matinale de France. Fabienne Sintès pour le 18/20 reste à un niveau élevé d'audience. Puis, vous avez Sonia Devillers qui fait un score formidable, un record historique sur cette tranche-là. "Par Jupiter" continue de capitaliser des auditeurs. Je salue aussi Laure Adler qui fait une performance formidable. Pour sa tranche, c'est un record historique. L'antenne toute entière fonctionne bien, elle est cohérente. Les gens sont différents, mais il y a un air de famille qui fait que ça fonctionne.

Comment expliquez-vous que la matinale ait autant résisté, malgré le pillage d'Europe 1 la saison dernière ?
On est resté fidèle à nous-mêmes. On donne une information dans laquelle les auditeurs ont absolument confiance. On marie l'information et l'actualité avec le plaisir et les marqueurs de France Inter. On a la science, la musique, la politique, l'économie, l'humour. On y a ajouté les médias. Quelque part, cette constellation de personnalités autour du couple des présentateurs les plus modernes du PAF fait que ça fonctionne. C'est la matinale d'une génération. Ils ont tous moins de 50 ans. Ca s'entend et c'est une force pour eux.

Ils ont dit
"Chris Esquerre rejoint la matinale du 7/9"
Laurence Bloch

Sur un an, le pari de l'après-midi est plutôt réussi, avec l'émission d'Antoine de Caunes "et"Par Jupiter" qui progressent. Comment France Inter a réussi à se défendre dans ce contexte très concurrentiel ?
On a beaucoup travaillé la spécificité de France Inter. On fait une radio populaire très culturelle, avec un grand niveau d'exigence. Mais c'est sur toute la grille. Il y a de la science, de l'histoire, de la littérature, de l'humour et de la curiosité pour le monde. Je pense que ce cocktail-là fonctionne, c'est pour ça qu'on changera peu de choses à la rentrée.

Il n'y aura pas de mouvements sur la grille en septembre ?
On va changer peu de choses. On a une arrivée qui nous enchante tous, celle d'Edouard Baer, de 22h à minuit tous les dimanches. Tout le reste sera vraiment de l'ajustement. Chris Esquerre rejoint la matinale du 7/9. C'est un humoriste absolument génial. On va installer une chronique économique dans le 5/7. Ce sont des petites touches. On restera ce que nous sommes. Une radio de grande exigence, très populaire, souriante. C'est un collectif qui s'apprécie et qui est content de travailler ensemble.

Toutes les émissions seront maintenues la saison prochaine ?
Elles le seront. Absolument.

Ils ont dit
"Il n'y a pas que les chiffres dans la vie d'une radio publique"
Laurence Bloch

Concernant Edouard Baer, pourquoi une programmation de son émission le dimanche soir à 22h, une case qui n'est pas très exposée ?
Edouard Baer est un artiste. Il faut toujours écouter les artistes. Il est venu nous voir. Il nous a dit : "Après deux ans de quotidienne à Nova, j'ai besoin de faire autre chose. J'adorerais faire une hebdo sur Inter". Il souhaitait faire le 22h/minuit. Il sentait que c'est là où il pourrait faire quelque chose de marrant et de chaleureux. On a dit banco ! Il faut savoir utiliser les artistes là où ils ont envie d'être et pas seulement pour faire du chiffre. A France Inter, je suis enchantée, parce que tout le monde travaille énormément et c'est récompensé par des chiffres. Mais il n'y a pas que ça dans la vie d'une radio de service public.

Par ailleurs, une page s'est tournée en fin de saison avec le départ de Bernard Guetta de la matinale. Sera-t-il remplacé à la rentrée ?
Il ne nous quitte pas complètement. Il sera remplacé. Pour le moment, nous n'avons pas encore choisi celui ou celle qui le remplacera.

Quels sont les objectifs de France Inter la saison prochaine ?
Il y en a un absolument crucial qui est : Comment faire vivre les contenus de France Inter, qui sont si puissants sur le hertzien, sur le digital ? On va beaucoup travailler sur la réédition des contenus. Par exemple, une chronique formidable comme celle de Mathieu Vidard à 7h15 sera ré-engistrée en vidéo à la sortie du studio, avec de l'enrichissement pour essayer de toucher de nouveaux auditeurs. Les auditeurs viennent par le contenu, mais pas par la marque. En venant par le contenu sur les réseaux sociaux, ils arrivent à la marque. C'est un enjeu majeur. Il faut que la radio reste le coeur du système, mais c'est un coeur qui doit irriguer le digital. Pour irriguer le digital, il faut rééditer les contenus. Il y a un enjeu majeur de redéploiement des moyens. C'est un pari enthousiasmant. C'est comme créer une deuxième chaîne.

France Inter
France Inter
"Toujours interdit d'antenne" : Guillaume Meurice annonce qu'en attendant le verdict de sa procédure disciplinaire, il ne reviendra pas sur France Inter "jusqu'à nouvel ordre"
"Vous pensez faire peur à qui avec vos menaces ?" : Trois jours après la suspension de Guillaume Meurice, un humoriste claque la porte de France Inter en direct dans l'émission de Charline Vanhoenacker
"Aucun élément ne permet de dire que la direction était au courant" : France Inter contredit Philippe Val (Europe 1) après la condamnation d'une pigiste pour complicité de financement du terrorisme
France Inter débauche Jonathan Curiel, cadre de M6 et collaborateur proche de Nicolas de Tavernost depuis 2008
Voir toute l'actualité sur France Inter
Autour de France Inter
  • Pascale Clark
  • Charline Vanhoenacker
  • Frédéric Mitterrand
  • Sophia Aram
  • Jean-Luc Hees
  • Philippe Vandel
  • François Morel
  • Philippe Val
  • Isabelle Giordano
  • Jérôme Garcin
l'info en continu
"Je suis tellement heureuse" : Marina Carrère d'Encausse se réjouit, une nouvelle fois, de la poursuite du "Magazine de la Santé"
TV
"Je suis tellement heureuse" : Marina Carrère d'Encausse se réjouit, une nouvelle...
Box-office : "Un p'tit truc en plus", le film d'Artus, devient le plus gros succès au cinéma de 2024
Box-office
Box-office : "Un p'tit truc en plus", le film d'Artus, devient le plus gros succès...
"Je n'aurais pas supporté plus de deux minutes" : Alphonse, gagnant de "The Voice" sur TF1, tacle la "Star Academy"
TV
"Je n'aurais pas supporté plus de deux minutes" : Alphonse, gagnant de "The Voice"...
"Les Apprentis champions" : Qui sont les 16 candidats qui ont accepté de participer à la nouvelle télé-réalité sportive de W9 ?
TV
"Les Apprentis champions" : Qui sont les 16 candidats qui ont accepté de...
Pas vu à la télé dans "Mariés au premier regard" : Ludivine critique le montage de l'émission M6 et dévoile des images inédites de sa lune de miel avec Raphaël
TV
Pas vu à la télé dans "Mariés au premier regard" : Ludivine critique le montage de...
"Pascal Praud arrivait juste après" : L'humoriste Hakim Jemili rétropédale après ses propos sur le conflit israélo-palestinien sur Europe 1
Radio
"Pascal Praud arrivait juste après" : L'humoriste Hakim Jemili rétropédale après...