Les 13 qui vont faire 2013

Partager l'article
Vous lisez:
Les 13 qui vont faire 2013
Animateurs, journalistes, patrons de chaîne... Qui fera 2013 ? puremedias.com dresse la liste de celles et ceux qui devraient marquer la prochaine année médias.

Les observateurs sont formels, l'année 2013 risque d'être difficile pour la plupart des acteurs des médias. En raison de la baisse annoncée des investissements publiciaires (-1,4% selon ZenithOptimedia sur un marché qui compte toujours plus d'acteurs), certains risquent d'y laisser des plumes. Qui sortira son épingle du jeu en 2013 ? Les pronostics de puremedias.com

À lire aussi
Les 10 plus fortes émotions télé et radio de l'année 2020
Best-Of
Les 10 plus fortes émotions télé et radio de l'année 2020
Année médias : Ce qu'il faut retenir de 2016
Best-Of
Année médias : Ce qu'il faut retenir de 2016
L'année médias 2016 vue par... la rédaction de puremedias.com
Best-Of
L'année médias 2016 vue par... la rédaction de puremedias.com

1. 6ter, HD1, RMC Découverte...

Les nouvelles petites chaînes qui montent

Lancées en décembre dernier avec plus ou moins de conviction par celles et ceux qui les portent, les six nouvelles chaînes de la TNT devraient en 2013 se frayer une belle place sur le marché de la télé gratuite. Alors que pour l'heure, seul un quart des Français peut les recevoir - la quasi-totalité y aura accès en juin 2015, elles affichent déjà une part de marché importante compte tenu de leur lancement récent : 0,5% pour 6ter (groupe M6) et 0,3% pour HD1 (groupe TF1) la semaine dernière selon nos informations. A titre de comparaison, i-Télé, présente sur la TNT depuis plusieurs années déjà, affiche une part d'audience de 0,8%. Avec une couverture de 50% du territoire prévue en septembre prochain, il faudra de plus en plus compter sur ces nouvelles entrantes. Un nouveau coup dur pour les chaînes historiques, qui voient leurs audiences décliner depuis plusieurs années.

2. Xavier Niel (Free)

Dans le mobile, il a tout compris

Il y a tout juste un an, le monde des télécoms et des médias retenait son souffle avant le lancement de la première offre mobile de Free. Xavier Niel, patron de l'opérateur, a incontestablement tenu sa promesse, celle de bouleverser un marché tenu par trois opérateurs historiques depuis quinze ans. Grâce à ses forfaits à 2 et 19 euros, Free Mobile a conquis près de 5 millions de clients en moins de douze mois, un record mondial. Et le petit opérateur a forcé ses grands concurrents a considérablement baisser leurs prix. Entre coups de bluff et contre-feu dans une guerre de communication sans merci, le patron d'Iliad a tenu bon. 2013 sera une année charnière pour Free Mobile : déploiement de son réseau, amélioration de la qualité du service offert aux clients, résistance face aux nouvelles offres 4G de la concurrence. Ses chiffres de recrutement seront regardés à la loupe par les analystes.

3. Laurent Delahousse (France 2)

Vivement dimanche !

Dragué par TF1 avant l'été, Laurent Delahousse n'a finalement pas fait d'infidélité à France 2. Un choix validé par le public, toujours plus important à suivre ses JT les week-end et ses magazines de deuxième partie de soirée. Actuellement en train d'écrire une fiction politique pour la télévision, l'ex-journaliste de M6 ne lâche pas son idée d'obtenir un grand rendez-vous d'information le dimanche, à 19 heures. Le projet avance, sa direction y est favorable. Seul hic, l'indéboulonnable Michel Drucker devrait ainsi avancer d'une heure son "Vivement dimanche prochain". Et l'animateur y est pour l'heure hostile. Laurent Delahousse prendra-t-il le risque de se fâcher avec Michel Drucker ? Vivement 2013 pour le savoir !

4 & 5. Aurélie Filippetti et Rémy Pflimlin (France Télévisions)

Quel avenir pour Rémy ?

La réforme de l'audiovisuel est l'un des gros chantiers de 2013. Cette grande loi devrait détricoter bon nombre de réformes prises par la précédente majorité. Au premier rang desquelles la nomination par l'exécutif des présidents de l'audiovisuel public. La désignation des membres du CSA sera modifiée, ils seront désormais nommés par les commissions des affaires culturelles de l'Assemblée nationale et du Sénat. C'est ce nouveau CSA qui aura le pouvoir de nommer les patrons de l'audiovisuel public : France Télévisions, Radio France et l'AEF (Audiovisuel Extérieur de la France). Le mandat de l'actuel président du CSA, Michel Boyon, arrive à son terme le 25 janvier.

Quel avenir pour les dirigeants nommés par Nicolas Sarkozy ? Si Jean-Luc Hees, patron de Radio France, ne sera probablement pas inquiété en raison de ses bons résultats, Rémy Pflimlin pourrait l'être davantage à France Télévisions. Plusieurs députés PS sont favorables à une une nouvelle audition du PDG devant le CSA. Pflimlin, chargé d'appliquer un drastique plan d'économies en 2013, sauvera-t-il sa tête ? Ses récentes décisions sur les programmes ont été publiquement critiquées par la ministre de la culture, Aurélie Filippetti. Un avertissement avant la sanction ?

6. Jean-Paul Baudecroux (groupe NRJ)

NRJ, leader back ?

Lors de 21 enquêtes Médiamétrie, la radio NRJ s'était placée en tête des audiences de la radio. C'était le cas entre 2001 et 2006 et, plus récemment, au printemps 2012. Alors que son patron Jean-Paul Baudecroux avait pronostiqué un leadership conforté à la rentrée, RTL a repris la tête du palmarès, devançant NRJ de 380.000 auditeurs en audience cumulée, le critère où la station musicale parvient à challenger le leader historique. Sur les autres critères, la durée d'écoute et la part d'audience, RTL règne en maître. Mais NRJ n'a pas dit son dernier mot et compte bien revenir en tête du palmarès en 2013. "NRJ va redevenir leader d'ici au mois d'avril", a récemment pronostiqué Jean-Paul Baudecroux. En parallèle, Jean-Paul Baudecroux lorgne sur Virgin Radio alors que son propriétaire souhaite visiblement se désengager. Autre front, la TNT. NRJ 12 a légèrement progressé en 2012 et la petite dernière, Chérie HD, a de grandes ambitions.

7. Estelle Denis (TF1)

100% divertissement

Après être passée par la case animation, politique et sport sur M6, Estelle Denis signera son come-back cathodique en 2013, sur la Une. "TF1 m'a proposé de faire des choses que je n'avais pas encore faites", a-t-elle récemment confié à puremedias.com. Elle animera son premier prime le samedi 19 janvier, "Samedi soir on chante Goldman". Une soirée sans grand risque, la compilation des reprises cartonne dans les bacs. On saura si la greffe Estelle Denis a pris avec "The Audience", une émission de coaching anglaise bientôt adaptée sur TF1.

8. Google

La presse tu aideras

Dans son bras de fer avec les éditeurs de presse, Google a déjà perdu plusieurs manches en Europe. Le prochain round aura lieu sur le sol français. Les journaux, réunis au sein d'une association, sont bien décidés à faire payer au moteur de recherche un "droit voisin" (proche du droit d'auteur) versé en échange de leur indexation sur le portail Google News. Chaque article référencé donnerait donc lieu à une rémunération. Une aubaine pour les groupes de presse hexagonaux, pour la plupart en grandes difficultés financières. En délicatesse avec le fisc français, la firme américaine pourrait bien être contrainte à trouver un accord avec ses fournisseurs de contenus. Mais le lobbying intense opéré par Google en France pourrait porter ses fruits et aléger ses obligations en 2013.

9. Libération

Le pari du payant

Développer le numérique et monter en gamme sur le print. Voilà la nouvelle stratégie annoncée par Libération pour 2013. Objectif : augmenter la rentabilité du titre qui, malgré des ventes en hausse pendant la présidentielle, est en difficultés financières en cette fin d'année notamment à cause de la Une sur Bernard Arnault. "La gratuité de l'information, c'est terminé, les lecteurs sont prêts à payer maintenant sur le web", estime Nicolas Demorand qui va revoir en juin prochain l'équilibre entre les contenus à l'accès payant et ceux disponibles gratuitement sur le site web du journal. La ligne éditoriale du quotidien devrait aussi plus pencher vers le magazine, pour faire de Libération "une niche de luxe". Avec un prix en hausse ? Reste à savoir si les lecteurs suivront.

10. Gilles Bouleau (TF1)

La fin de l'état de grâce

Avec brio, Gilles Bouleau a succédé à Laurence Ferrari à la tête du 20 heures de TF1 en août dernier. L'audience, premier indicateur indiscutable, progresse. L'image du journal, et de la rédaction qui le fabrique, s'est considérablement améliorée. Gilles Bouleau devra confirmer ces bons résultats sur le premier semestre 2013. Et son principal concurrent David Pujadas, est bien décidé à ne pas lui faciliter la tâche. France 2 travaille déjà à de nouvelles améliorations de son JT pour ne pas perdre la bataille de l'innovation éditoriale.

11. Apple

L'iWatch en attendant l'iTV ?

Annoncée pour fin 2012, la très attendue Apple iTV n'aura finalement pas vu le jour. Tim Cook entretient le flou autour de l'hypothétique sortie d'une télévision connectée révolutionnaire. L'attention des fans a été détournée par de récentes fuites asiatiques, annonçant la sortie d'une montre connectée, l'iWatch. Après des mises à jour de produit jugées décevantes en 2013, la firme américaine devra impérativement innover ces prochaines années pour garder le niveau de son insolente valorisation boursière. Et conserver son aura auprès de ses millions de fans à travers le monde.

12. Rodolphe Belmer (Canal+)

+ de retour sur investissements

Pré-programmé pour remplacer Bertrand Méheut à la tête de Canal+, Rodolphe Belmer pourra tester en 2013 la capacité de résistance de son groupe. Sur le marché français, avec la montée en puissance de beIN Sport. A l'international aussi, suite au rachat de TVN, un bouquet payant polonais. Et sur le marché français du gratuit, avec les rachats récents de D8 et D17. Après un bon démarrage depuis octobre, D8, "la nouvelle grande chaîne", devra confirmer sa force en 2013.

13. Europe 1

L'effet Namias

Malmenée depuis plusieurs vagues de sondages, Europe 1 a stabilisé son audience à un faible niveau en 2012 (4,7 millions d'auditeurs). Son objectif est de conquérir de nouveaux auditeurs en 2013, notamment grâce à la nouvelle ligne éditoriale déployée par Fabien Namias, nouveau directeur de la rédaction depuis le mois de septembre. Europe 1 rêve de revenir sur le podium, aujourd'hui occupé par RTL, NRJ et France Inter. "Il faut du temps, de la régularité. Un résultat long à venir ne doit pas être décourageant, rien n'est valable selon moi avant une saison complète", expliquait récemment Fabien Namias à puremedias.com. Rendez-vous en novembre 2013, pour un premier bilan de sa première année à la tête de la rédaction.

l'info en continu
France 3 : Les célèbres marmottes remplacées par... des poules !
TV
France 3 : Les célèbres marmottes remplacées par... des poules !
"Dossier tabou" : Bernard de la Villardière s'attaque aux "profiteurs de l'écologie" ce soir sur M6
Programme TV
"Dossier tabou" : Bernard de la Villardière s'attaque aux "profiteurs de...
Vidéo avec Macron : L'improbable gage de McFly et Carlito que l'Elysée a refusé
Internet
Vidéo avec Macron : L'improbable gage de McFly et Carlito que l'Elysée a refusé
"District Z" : Lola Dubini fond en larmes en évoquant le harcèlement scolaire dont elle a été victime
TV
"District Z" : Lola Dubini fond en larmes en évoquant le harcèlement scolaire dont...
Audiences samedi : Record pour "Canal Rugby Club" et "50' inside", l'inédit de "VTEP" sous les 600.000
TV
Audiences samedi : Record pour "Canal Rugby Club" et "50' inside", l'inédit de...
Audiences : "Mongeville" large leader, flop pour le retour de "District Z", le "Téléthon" en hausse
TV
Audiences : "Mongeville" large leader, flop pour le retour de "District Z", le...