Patrick de Carolis : "Vincent Peillon est en perdition"

Partager l'article
Vous lisez:
Patrick de Carolis : "Vincent Peillon est en perdition"
Patrick de Carolis, le 27 août 2009, lors de la conférence de rentrée de France Télévisions
Patrick de Carolis, le 27 août 2009, lors de la conférence de rentrée de France Télévisions © France Télévisions - Serre
"Monsieur Peillon fait de la politique de caniveau".

Le 14 janvier, le socialiste Vincent Peillon devait débattre avec Eric Besson et Marine Le Pen de l'identité nationale dans l'émission A vous de juger d'Arlette Chabot, diffusée une fois par mois sur France 2 à 20h35. Mais l'eurodéputé avait fait faux bond à la chaîne publique, accusant ses dirigeants de servilité et réclamant leur démission.

Vincent Peillon voulait se « faire entendre », pointant du doigt la mainmise de Nicolas Sarkozy sur les médias. « Les Français sont préoccupés par l'emploi, la santé, l'éducation, le logement, mais l'audiovisuel public a décidé de programmer une série de débats sur l'identité nationale et l'immigration. Un débat qui fait honte à la France et stigmatise plusieurs millions de nos compatriotes. Sept émissions sur neuf organisées aux heures de grande écoute ont été consacrées essentiellement à cette question. Il fallait arrêter cela », a-t-il expliqué au Monde.

Vincent Peillon fait de la « politique de caniveau »



Ce matin, sur Europe 1, le patron de France Télévisions a souhaité répondre en personne à l'eurodéputé socialiste. « Je trouve les propos et l'attitude de M. Peillon extrêmement choquants ; je suis d'ailleurs étonné qu'il puisse les tenir. Depuis quelques temps, M. Peillon essaye de justifier son absence d'un débat - un débat qu'il avait accepté - par des explications contradictoires successives et mensongères. Comme un enfant qui a été pris les doigts dans la confiture de la mauvaise foi, il est monté d'un cran. Au mensonge, il y rajoute des injures. Je trouve ce procédé méprisable et indigne d'un homme politique. Il y a deux façons de faire de la politique : sur les cimes ou dans le caniveau. Et je vois que M. Peillon a choisi. (...) Je pense que le service public n'a pas à servir de punching-ball à un homme politique en mal de notoriété. M. Peillon est un homme qui est en perdition. (Je ne demande pas sa démission), pour moi il n'existe pas », a-t-il indiqué au micro de Marc-Olivier Fogiel.

Par ailleurs, Patrick de Carolis a de nouveau refusé d'indiquer s'il souhaitait rempiler à la tête de France Télévisions alors que la fin de son mandat est prévue pour l'été prochain. D'autre part, il a qualifié ses relations avec le pouvoir exécutif de « respectueuses ».

Sur le même thème
l'info en continu
Tous les programmes de la télé du 20 au 26 juin 2020
Programme TV
Tous les programmes de la télé du 20 au 26 juin 2020
"Kiffons l'été !" remplace "C que du kiff" et "A prendre ou à laisser" sur C8 à partir du 22 juin
Programme TV
"Kiffons l'été !" remplace "C que du kiff" et "A prendre ou à laisser" sur C8 à...
"La France a un incroyable talent" : Le spin-off "La bataille du jury" démarre le 23 juin sur M6
Programme TV
"La France a un incroyable talent" : Le spin-off "La bataille du jury" démarre le...
Droits télé : La Ligue de rugby et Canal+ trouvent un accord financier après l'arrêt des championnats
Sport
Droits télé : La Ligue de rugby et Canal+ trouvent un accord financier après...
Le Monde : 30 millions d'euros de manque à gagner en 2020
Presse
Le Monde : 30 millions d'euros de manque à gagner en 2020
"SWAT" : La série veut mieux représenter les relations entre la police et la communauté noire
Séries
"SWAT" : La série veut mieux représenter les relations entre la police et la...
Vidéos Puremedias