"Clique" : Les larmes de Rachida Dati en évoquant les violences policières

Partager l'article
Vous lisez:
"Clique" : Les larmes de Rachida Dati en évoquant les violences policières
Les larmes de Rachida Dati sur le plateau de "Clique". © Canal+
La candidate Les Républicains à la mairie de Paris était l'invitée hier soir de l'émission de Canal+.

L'ancienne garde des Sceaux a craqué. Hier soir, Rachida Dati était invitée sur le plateau de "Clique" présenté par Mouloud Achour sur Canal+. Au cours de l'émission, le présentateur a interrogé la candidate LR à la mairie de Paris sur les violences policières, évoquant notamment la mort de Zyed Benna et Bouna Traoré, deux jeunes garçons morts électrocutés en 2005 à Clichy-Sous-Bois alors qu'ils essayaient d'échapper à un contrôle de police. Il y a 15 ans, la femme politique était au cabinet de Nicolas Sarkozy, alors ministre de l'Intérieur.

À lire aussi
"Koh-Lanta" : Les 24 candidats des "4 Terres"
TV
"Koh-Lanta" : Les 24 candidats des "4 Terres"
Photo du gouvernement : La mauvaise expérience d'un photographe de "Libération"
Presse
Photo du gouvernement : La mauvaise expérience d'un photographe de "Libération"
Mediapro et Netflix vont proposer une offre commune à moins de 30 euros par mois
Sport
Mediapro et Netflix vont proposer une offre commune à moins de 30 euros par mois

"Je ne suis pas une victime !"

"On avait reçu les familles. Je m'en souviens, j'y étais. Quand j'ai vu les parents (de Zyed Benna et Bouna Traoré), j'ai vu les miens. J'ai vu les images en étant sur le terrain. On a vécu des violences urbaines pendant plus de trois semaines. L'état d'urgence avait été déclaré. Qu'est-ce que vous voulez que je vous dise ?", a débuté Rachida Dati, la voix enrouée par l'émotion. Et de poursuivre : "C'est moi qui ai souhaité effectivement qu'il y a ait une ouverture d'information. Je voulais que ces parents aient des explications."

Très touchée, l'ex-ministre sous le gouvernement de François Fillon a expliqué sa réaction sur le plateau : "Nous sommes une société où si l'émotion déborde ou si vous dites les choses - et j'ai tellement vécu de choses -, on dit que vous vous victimisez. Je ne suis pas une victime !". La tête de liste LR à Paris s'est mise alors à verser quelques larmes. "Quand j'ai vu George Floyd, sous le genou de ce policier, je n'ai pas pu finir la vidéo. J'en ai vu des jeunes... qui étaient interpellés et qui ne revenaient pas", a-t-elle lancé, saccadant sa phrase sous l'émotion. puremedias.com vous propose de visionner la séquence.

Sur le même thème
l'info en continu
Affaire Clémentine Sarlat : Deux journalistes licenciés annoncent porter l'affaire devant les prud'hommes
Sport
Affaire Clémentine Sarlat : Deux journalistes licenciés annoncent porter l'affaire...
"Les mystères de l'amour" revient avec un prime time le 23 août
Programme TV
"Les mystères de l'amour" revient avec un prime time le 23 août
"Dirty Dancing" va avoir une nouvelle suite avec Jennifer Grey
Cinéma
"Dirty Dancing" va avoir une nouvelle suite avec Jennifer Grey
Audiences access 20h : Les "20 Heures" proches, "PBLV" double "En famille", "La gaule d'Antoine" faible
Audiences
Audiences access 20h : Les "20 Heures" proches, "PBLV" double "En famille", "La...
Audiences access 19h : "Le 19/20" et Nagui au coude-à-coude devant "DNA", "Silence, ça pousse" en forme
Audiences
Audiences access 19h : "Le 19/20" et Nagui au coude-à-coude devant "DNA",...
Audiences : "Maman a tort" en rediff leader devant "Reef Break", gros flop pour "Cuisine impossible" sur TF1
Audiences
Audiences : "Maman a tort" en rediff leader devant "Reef Break", gros flop pour...
Vidéos Puremedias