Grève des tweets chez les journalistes des "Echos"

Partager l'article
Vous lisez:
Grève des tweets chez les journalistes des "Echos"
"Les Echos"
"Les Echos"
Cette action intervient après la publication d'un tweet publicitaire déguisé sur le compte officiel des "Echos".

Grève des tweets aujourd'hui aux "Echos". Si le compte Twitter officiel du journal fonctionnera normalement, les journalistes ont décidé de ne pas publier de messages sur le réseau social avec leurs comptes personnels pendant 24 heures. La raison : la publication le 4 mars d'un tweet publicitaire sur le compte officiel des "Echos". "À l'occasion de la naissance de la marque #DS Automobiles, @LesEchos entrechoquent le passé et le présent !", écrivait le journal sur Twitter comme s'il s'agissait d'un article traditionnel. Le message, également posté sur la page Facebook du journal, a depuis été supprimé.

À lire aussi
Léa Salamé : "Il ne faut pas laisser à Pascal Praud les débats politiques"
Radio
Léa Salamé : "Il ne faut pas laisser à Pascal Praud les débats politiques"
"66 minutes" : Quand M6 interviewe une cliente de Kiabi, collaborant avec... Kiabi
TV
"66 minutes" : Quand M6 interviewe une cliente de Kiabi, collaborant avec... Kiabi
"Vous avez la parole" : Eric Dupond-Moretti reproche à France 2 d'avoir fait témoigner une mère endeuillée
TV
"Vous avez la parole" : Eric Dupond-Moretti reproche à France 2 d'avoir fait...

Dans un communiqué, la Société des journalistes (SDJ) du quotidien économique a dénoncé "des pratiques inadmissibles" témoignant d'"un mélange des genres de plus en plus courant entre publicités et articles de journalistes sur le site". Et la SDJ de dénoncer des contenus publicitaires réalisés en externe et présentés à chaque fois comme du contenu journalistique grâce à des maquettes "très proches" un vocabulaire "journalistique type interview" et une "association du logo Les Echos" notamment. Cet incident intervient alors que la SDJ "vient de passer six mois à négocier avec la direction du groupe pour mettre fin à ce mélange des genres", précise le communiqué.

Un appel à toute la profession à s'emparer du sujet

"On ne peut pas tout charter ni suivre en permanence les nouveaux formats publicitaires qui sont mis en ligne. Dès qu'on parvient à boucher un trou, autre chose surgit", a commenté Leila de Comarmond, présidente de la Société des journalistes des "Echos", interrogée par Le Monde. "La crise économique de la presse ne justifie pas qu'on affaiblisse notre crédibilité", a-t-elle estimé, invitant toute la profession à s'emparer "collectivement du sujet".

l'info en continu
Raillé par "Quotidien", Pascal Praud répond : "Les soldats du politiquement correct ont décidé d'attaquer CNews"
TV
Raillé par "Quotidien", Pascal Praud répond : "Les soldats du politiquement...
"Prends ton petit cul de journaliste de gauche !" : Une reporter de "Quotidien" insultée par un supporter de Trump
TV
"Prends ton petit cul de journaliste de gauche !" : Une reporter de "Quotidien"...
Audiences access 20h : Bouleau et Lapix au plus bas, Barthès puissant, Hanouna stable, record pour Quin
Audiences
Audiences access 20h : Bouleau et Lapix au plus bas, Barthès puissant, Hanouna...
Audiences access 19h : "DNA" petit leader, "Quotidien" au million, Nagui et Cyril Hanouna en petite forme
Audiences
Audiences access 19h : "DNA" petit leader, "Quotidien" au million, Nagui et Cyril...
Audiences : "Alex Hugo" leader devant le final de "The Resident", retour en force pour "Le Meilleur Pâtissier" sur M6
Audiences
Audiences : "Alex Hugo" leader devant le final de "The Resident", retour en force...
Geoffroy de Lagasnerie sur France Inter : "Il faut reproduire un certain nombre de censures dans l'espace public"
Radio
Geoffroy de Lagasnerie sur France Inter : "Il faut reproduire un certain nombre de...
Vidéos Puremedias