Grève des tweets chez les journalistes des "Echos"

Partager l'article
Vous lisez:
Grève des tweets chez les journalistes des "Echos"
"Les Echos"
"Les Echos"
Cette action intervient après la publication d'un tweet publicitaire déguisé sur le compte officiel des "Echos".

Grève des tweets aujourd'hui aux "Echos". Si le compte Twitter officiel du journal fonctionnera normalement, les journalistes ont décidé de ne pas publier de messages sur le réseau social avec leurs comptes personnels pendant 24 heures. La raison : la publication le 4 mars d'un tweet publicitaire sur le compte officiel des "Echos". "À l'occasion de la naissance de la marque #DS Automobiles, @LesEchos entrechoquent le passé et le présent !", écrivait le journal sur Twitter comme s'il s'agissait d'un article traditionnel. Le message, également posté sur la page Facebook du journal, a depuis été supprimé.

À lire aussi
"Vous êtes fatigant !" : Thomas Piketty exaspéré par Patrick Cohen dans "C à vous"
TV
"Vous êtes fatigant !" : Thomas Piketty exaspéré par Patrick Cohen dans "C à...
Grève : Une journaliste de CNews embrassée de force durant un duplex
TV
Grève : Une journaliste de CNews embrassée de force durant un duplex
France Télévisions : "C'est pas sorcier" revient dans une nouvelle version
TV
France Télévisions : "C'est pas sorcier" revient dans une nouvelle version

Dans un communiqué, la Société des journalistes (SDJ) du quotidien économique a dénoncé "des pratiques inadmissibles" témoignant d'"un mélange des genres de plus en plus courant entre publicités et articles de journalistes sur le site". Et la SDJ de dénoncer des contenus publicitaires réalisés en externe et présentés à chaque fois comme du contenu journalistique grâce à des maquettes "très proches" un vocabulaire "journalistique type interview" et une "association du logo Les Echos" notamment. Cet incident intervient alors que la SDJ "vient de passer six mois à négocier avec la direction du groupe pour mettre fin à ce mélange des genres", précise le communiqué.

Un appel à toute la profession à s'emparer du sujet

"On ne peut pas tout charter ni suivre en permanence les nouveaux formats publicitaires qui sont mis en ligne. Dès qu'on parvient à boucher un trou, autre chose surgit", a commenté Leila de Comarmond, présidente de la Société des journalistes des "Echos", interrogée par Le Monde. "La crise économique de la presse ne justifie pas qu'on affaiblisse notre crédibilité", a-t-elle estimé, invitant toute la profession à s'emparer "collectivement du sujet".

commentaires
Veuillez désactiver votre bloqueur de pub (Adblock) pour ce site afin d'afficher l'intégralité des commentaires et en publier.
The Doctor

"Grève des tweets"

C'est le Grand Soir.



comments powered by Disqus
l'info en continu
Takis Candilis (P2) : "Nous avons d'autres projets pour Daphné Bürki"
Interview
Takis Candilis (P2) : "Nous avons d'autres projets pour Daphné Bürki"
Takis Candilis (P1) : "Notre principal concurrent aujourd'hui sont les plateformes mondialisées"
Interview
Takis Candilis (P1) : "Notre principal concurrent aujourd'hui sont les plateformes...
"The Marvelous Mrs Maisel" : Amazon renouvelle déjà sa série pour une saison 4
Séries
"The Marvelous Mrs Maisel" : Amazon renouvelle déjà sa série pour une saison 4
NRJ : Cauet et son équipe émus aux larmes par la demande poignante d'une petite fille au Père Noël
Radio
NRJ : Cauet et son équipe émus aux larmes par la demande poignante d'une petite...
Horaires des primes : Le CSA souligne "un progrès notable" de la part des chaînes
TV
Horaires des primes : Le CSA souligne "un progrès notable" de la part des chaînes
L'année médias 2019 vue par... Julia Vignali
Interview
L'année médias 2019 vue par... Julia Vignali
Vidéos Puremedias