Attentats : Le frère d'un kamikaze témoigne dans "Le Grand Journal"

Partager l'article
Vous lisez:
Attentats : Le frère d'un kamikaze témoigne dans "Le Grand Journal"
Le frère et la belle-soeur d'un des kamikazes du Bataclan témoignent.
Diego Bunuel a interviewé le frère et la belle-soeur d'un des kamikazes du Bataclan.

Dans la presse, à la radio et à la télévision, les témoignages des rescapés des attentats parisiens, des proches des victimes, des policiers se multiplient. Mais celui que "Le Grand Journal" a choisi de diffuser hier est différent. Diego Bunuel a interviewé le frère et de la belle-soeur de l'un des kamikazes du Bataclan, Omar Mostefaï. Le couple, flouté à l'image, a reçu le journaliste chez lui.

À lire aussi
Photo du gouvernement : La mauvaise expérience d'un photographe de "Libération"
Presse
Photo du gouvernement : La mauvaise expérience d'un photographe de "Libération"
Mediapro et Netflix vont proposer une offre commune à moins de 30 euros par mois
Sport
Mediapro et Netflix vont proposer une offre commune à moins de 30 euros par mois
Affaire Clémentine Sarlat : Trois salariés licenciés à la suite de l'enquête interne à France Télévisions
TV
Affaire Clémentine Sarlat : Trois salariés licenciés à la suite de l'enquête...

"Je pensais que c'était un cauchemar"

Avant la diffusion de la vidéo,le reporter explique, en plateau, que le couple vient de passer quatre jours en garde à vue et qu'il lui a été présenté par un ami de la famille. "Comment est-ce que vous avez appris que Omar était lié à l'affaire du Bataclan ? Samedi, vous ne saviez toujours pas, vous n'aviez pas d'informations ?" demande le journaliste au début de la vidéo. "Non, non, on n'a eu aucune information. Après, trois journalistes sont venus, qui se sont manifestés", détaille le frère.

"Apparemment, ils m'ont dit, Omar serait lié à la catastrophe et il serait mort. Et là, je regarde mon mari... Franchement, je pensais que c'était un cauchemar parce qu'on vivait déjà un cauchemar. Je n'ai pas arrêté de pleurer toute la journée de samedi parce que je pensais aux familles. J'étais loin de penser que c'était quelqu'un de notre famille qui avait commis ça", ajoute sa femme, en larmes.

Garde à vue

Informé par les journalistes, le premier réflexe du couple est de se rendre au commissariat pour obtenir plus d'informations. Il se retrouve alors placé en garde à vue. "Et là, le cauchemar a commencé. On avait dit à ma mère 'Tiens on te dépose les enfants, on revient dans cinq minutes', on voulait juste comprendre la situation", explique sa femme. "Et vous êtes revenus combien de temps après ?", l'interroge le journaliste. "On n'avait même plus la notion du temps. Trois jours, quatre jours", répond-elle.

"C'était dur parce qu'on fait de mal à personne, on est des gens simples, on va en vacances, on va à la piscine, ça ne nous empêche pas de faire notre religion. On ne veut que du bien. Et je vous jure qu'encore aujourd'hui, je souffre avec les familles, j'aimerais tellement faire quelque chose pour eux mais je ne sais pas, je ne sais pas... Même si on n'est pas coupable, de se dire que c'est un membre de sa famille qui a fait ça, franchement c'est dur", continue la belle soeur du kamikaze.

Au spectacle de Dieudonné

Retour en plateau. Diego Bunuel explique qu'il a demandé au couple ce qu'il a fait vendredi soir. "La réponse m'a laissé sans voix", avoue-t-il. "Vendredi soir, vous m'avez dit que vous étiez sortis. Vous étiez où exactement ? ", demande Diego Bunuel. "On était invité à un spectacle de Dieudonné à la Main d'Or", répond le mari. Interloqué, le journaliste leur demande s'ils sont antisémites. "Non, pas du tout. Je prône l'amour de son prochain, c'était vraiment du divertissement, on voulait se divertir, voir un spectacle comique ", se défend l'homme.

"Ce qui est incroyable, c'est que c'était un vendredi 13, vous étiez à 500 mètres des restaurants rue de Charonne, vous étiez en train de regarder un spectacle de Dieudonné à la Main d'Or. Votre frère était en train de faire les attentats au Bataclan. On l'écrirait dans un scénario, on n'y croirait pas", lâche Diego Bunuel. "Il y avait peut-être une chance sur un milliard que ça arrive et, hélas, c'est arrivé", répond l'homme, des sanglots dans la voix, avant de condamner sans équivoque les actions de son frère.

"C'est inexcusable ce qu'il a fait, c'est monstrueux, impardonnable. Ca aurait pu arriver à n'importe qui parce que la seule chose qu'on ne choisit pas, c'est sa famille", affirme pour sa part sa femme. "Je vous jure que mon frère, c'était pas lui, c'est devenu un monstre", ajoute encore le mari avant que la femme n'insiste en justifiant : "C'est son frère qui a fait ça mais pour moi, c'est cmme un ordinateur, on enlève le disque dur, on le reformate. On a mis quelqu'un d'autre dans sa tête". puremedias.com vous propose de visionner ce témoignage.

Le grand journal de Canal+
Le grand journal de Canal+
Fin du "Grand Journal" : Les adieux de Michel Denisot, Antoine de Caunes et Maïtena Biraben
"Le Grand Journal" : "Action discrète" organise la grande "braderie de Canal"
Mustapha El Atrassi nouvelle recrue du "Grand Journal" de Canal+
"Le Grand Journal" : Ornella Fleury raconte ses débuts "compliqués" en Miss météo
Voir toute l'actualité sur Le grand journal de Canal+
Autour de Le grand journal de Canal+
  • Le before du Grand Journal
Sur le même thème
l'info en continu
"The Resident" : La saison 2 reprend le 26 août sur TF1
Programme TV
"The Resident" : La saison 2 reprend le 26 août sur TF1
"Elite" : Le tournage de la saison 4 interrompu après un cas de COVID-19
Séries
"Elite" : Le tournage de la saison 4 interrompu après un cas de COVID-19
"The Voice Kids" : Kendji Girac devient coach dès le 22 août sur TF1
Programme TV
"The Voice Kids" : Kendji Girac devient coach dès le 22 août sur TF1
Stéphane Plaza arrive sur Gulli
TV
Stéphane Plaza arrive sur Gulli
Télévision : Les décrets relatifs à la publicité et à la programmation cinéma (enfin) publiés
Politique
Télévision : Les décrets relatifs à la publicité et à la programmation cinéma...
Gérald Darmanin : "Edwy Plenel a franchi les limites de l'ignominie"
Politique
Gérald Darmanin : "Edwy Plenel a franchi les limites de l'ignominie"
Vidéos Puremedias