Élise Lucet : "'Envoyé spécial' est l'un des primes de France Télé avec la moyenne d'âge téléspectateurs la plus jeune"

Partager l'article
Vous lisez:
Élise Lucet : "'Envoyé spécial' est l'un des primes de France Télé avec la moyenne d'âge téléspectateurs la plus jeune"
Par Ludovic Galtier Lloret Journaliste
Né en Isère entre le tirage de la première boule noire de l'histoire de "Motus" - "Oh-ohohohoh" - et la première visite de candidats à "Fort Boyard", Ludovic Galtier est journaliste à Puremédias depuis octobre 2021. Il est passionné par la politique, l'économie des médias et leur stratégie de programmation.
"Envoyé spécial" diffuse le seul échange entre Nicolas Hulot et Elise Lucet. © © Gilles GUSTINE-FTV
Dans cette troisième et ultime partie de notre entretien, Élise Lucet fait le bilan depuis son arrivée il y a sept ans du positionnement d''Envoyé spécial', le magazine qu'elle porte en prime sur France 2. Elle livre aussi son analyse sur l'avenir du "19/20", qu'elle a présenté entre 1990 et 2005 sur France 3.

"Cash investigation"... mais aussi "Envoyé spécial". Depuis 2016, Élise Lucet est seule aux commandes du magazine d'information des jeudis soir de France 2. Dans cette dernière partie de notre entretien avec elle, la journaliste du service public relève la complexité de proposer chaque semaine un magazine multithématiques et évoque des pistes d'évolution pour "Envoyé spécial". Elle livre enfin son analyse, en tant qu'ancien visage du "19/20" national, de la suppression à venir des éditions nationales d'information de France 3.

À lire aussi
Lola Dewaere ("Mademoiselle Holmes") : "Tous les jours, je me disais 'attention, ne joue pas comme Sara Mortensen dans 'Astrid et Raphaelle'"
Interview
Lola Dewaere ("Mademoiselle Holmes") : "Tous les jours, je me disais 'attention,...
"Avec "Anthracite" on a vraiment voulu écrire un thriller pour une plateforme" : Fanny Robert et Maxime Berthemy, créateurs de la nouvelle série française de Netflix, se confient
Interview
"Avec "Anthracite" on a vraiment voulu écrire un thriller pour une plateforme" :...
Hervé Mathoux ("Au micro") : "Le commentaire de football à Canal+, c'est une forme d'élégance et ne pas tomber dans les travers faciles"
Interview
Hervé Mathoux ("Au micro") : "Le commentaire de football à Canal+, c'est une forme...
"Coucou, c'est nous... Les cookies !" : Rencontre avec Romain Bessuges-Meusy, le cofondateur d'Axeptio
Interview
"Coucou, c'est nous... Les cookies !" : Rencontre avec Romain Bessuges-Meusy, le...

A LIRE AUSSI : Élise Lucet fête les 10 ans de "Cash investigation" : "Nous ne cherchons pas la petite bête mais la grosse bête"

A LIRE AUSSI : Élise Lucet : "Ça me fait rigoler quand Sonia Mabrouk nous donne des leçons sur l'investigation"

Propos recueillis par Ludovic Galtier

Quel bilan faîtes-vous du repositionnement d''Envoyé spécial' depuis votre arrivée en 2016 ?
Pour nous, la difficulté est de faire un magazine de prime qui ressemble aux news magazines des kiosques. C'est-à-dire dans lesquels nous pouvons voir à la fois de l'enquête, des sujets de société, des témoignages forts de l'étranger, c'est l'un des marqueurs d''Envoyé spécial'. Il est beaucoup plus compliqué de réussir dans cet exercice puisque nous ne sommes pas dans un magazine monothématique. Or, nous nous apercevons aujourd'hui que toutes les émissions qui fonctionnent plutôt bien le sont. Avec le multithématique, le pari est plus compliqué mais ce n'est pas pour autant qu'il faut l'abandonner.

Ils ont dit
"'Envoyé spécial' doit être en réaction à l'actualité et en résonance avec la vie des gens"
Élise Lucet

La chaîne est-elle satisfaite des audiences d''Envoyé spécial' ?
La réussite, c'est le rajeunissement de l'audience. "Envoyé spécial" est l'un des primes de France Télévisions avec la moyenne d'âge téléspectateurs la plus jeune. Après, sans se mentir, quand nous nous prenons du "HPI", du "Balthazar" et du "Pékin Express" en face, cette bataille du prime est très compliquée, beaucoup plus qu'en seconde partie de soirée. Est-ce qu'à un moment, on arrive à imposer des rendez-vous d'info face à la fiction, c'est cela la vraie bataille. Mais je me mets à la place des téléspectateurs : en ce moment, ils se prennent l'inflation, la réforme des retraites. Avant, ils se sont pris l'Ukraine et le covid. Que les gens, en rentrant chez eux, aient envie de regarder de la fiction, je peux les comprendre.

Qu'avez-vous essayé d'injecter dans ce magazine depuis votre arrivée ?
"Envoyé spécial" ne doit pas être "Cash". Pour autant, cela ne doit pas nous empêcher de réaliser des enquêtes poussées comme celles sur Nicolas Hulot. "Envoyé spécial", c'est aussi de très beaux portraits. À l'image de la belle histoire de ce pompier qui a sauvé un bébé au téléphone. Ce magazine doit être en réaction à l'actualité et en résonance avec la vie des gens et traiter aussi bien de la ruée sur le poêle à bois que proposer du grand reportage. A ce sujet, je viens de visionner un reportage à venir sur l'extraction du cobalt au Congo, qui va servir à la fabrication des batteries de nos voitures électriques. La manière dont notre transition écologique est en train de se faire sur le dos des Africains, c'est stupéfiant.

Quels autres sujets sont à venir dans le magazine ?
Nous sommes en train de réaliser une enquête sur la cocaïne au volant à la suite de l'affaire Pierre Palmade et une autre sur les finances de Harry et Meghan, que nous diffuserons à l'occasion de la visite de Charles III à Paris.

Ils ont dit
"Nous avons une dizaine d'enquêtes et reportages sur le feu pour 'Envoyé spécial'"
Élise Lucet

Des évolutions sont-elles à prévoir pour "Envoyé spécial" ?
En février 2023, nous sommes allés sur le terrain en Ukraine et il est vrai que pour la suite, nous réfléchissons à mêler plus souvent des reportages avec des plateaux tournés sur les lieux des reportages. Nous trouvons que cela correspond beaucoup mieux à l'émission. Nous sommes donc en train de travailler là-dessus.

Comment parvenez vous à jongler entre les deux magazines ?
Nous avons une dizaine d'enquêtes et reportages sur le feu pour "Envoyé spécial" et de l'autre côté, il y a six numéros de "Cash investigation" en cours. Il faut compartimenter, cela s'apprend de ranger son cerveau. Après, je cours tout le temps, je bosse beaucoup et j'adore ça.

Vous ne lâcherez donc pas la présentation d'un des deux magazines pour ne vous occuper que d'un autre ?
Un jour, j'en lâcherai sûrement un mais pas maintenant. Je trouve que les deux émissions me ressemblent, je m'y sens bien, j'adore les deux rédactions et ces deux exercices-là. Je ne veux pas faire de l'antenne pour faire de l'antenne : demain, on me demanderait d'aller présenter de nouveau un "JT", je dirais non merci, plus jamais. Je l'ai fait 26 ans, c'est bien !

Ils ont dit
"J'ai une vraie histoire avec le '19/20' de France 3"
Élise Lucet

Transition parfaite : il y a du mouvement à France Télévisions avec la mise en place à compter de la rentrée 2023 du projet Tempo, qui actera la suppression du "19/20" national dans sa configuration actuelle. Vous avez présenté cette édition sur France 3. Sa disparition vous chagrine-t-elle ?
Cela me fait quelque chose parce que c'est un journal auquel j'étais moi énormément attachée. J'ai une vraie histoire avec ce JT.

A LIRE AUSSI : France 3 : Qu'est-ce que "Tempo", le projet brûlant que prépare France Télévisions ?

À la rentrée, chaque région devrait proposer à la place son propre journal, renommé "Ici 12/13" et "Ici 19/20", à midi comme le soir...
C'est à Delphine Ernotte de vous en dire plus là-dessus. Est-ce que France Télévisions a encore suffisamment de budget pour faire des rendez-vous d'information qui ne sont pas à la même heure mais pas loin les uns des autres ou est-ce qu'il faut transformer l'un des deux rendez-vous d'information pour en faire quelque chose qui est plus axé sur les régions ? Ce n'est pas ma décision, c'est celle de la présidente.

Sur le fond, comment jugez-vous ce projet Tempo ?
Ce que je trouve hyper important et qui peut répondre à la défiance vis-à-vis des journalistes, c'est de garder un ancrage de proximité. Le journaliste parisien, qui vu d'en haut regarde ce qui se passe dans les provinces, ce n'est pas possible. En Angleterre, ils font du journalisme d'engagement. C'est-à-dire que quand ils vont parler des banlieues, un journaliste va aller s'installer, c'est-à-dire vivre pendant six mois dans une banlieue et sera apte à parler de ce qu'il voit réellement. Il y a de plus en plus une nécessité, pour retrouver cette confiance, d'une implantation de proximité et de compréhension de ce que vivent et traversent les gens. Quand Henri Sannier a créé le "19/20", c'était pour cela.

Développez-vous d'autres projets avec France Télévisions ?
Non, pas pour l'instant. Et si c'était le cas, je ne vous en parlerais pas (rires). Mais des idées j'en ai plein et pas forcément que pour moi. Je me souviens d'une discussion avec Thierry Thuillier (patron de France 2 entre 2013 et 2015, ndlr) : lorsque "Cash" a marché, je lui avais dit qu'il fallait de l'investigation partout, sur le site franceinfo.fr, dans les "JT" et résultat, il y en a.

Envoyé spécial
Envoyé spécial
Audiences replay : À J+7, le numéro d'"Envoyé spécial" avec Kylian Mbappé dépasse les 3 millions de téléspectateurs
Séisme au Maroc : Tourné en quelques jours, un reportage poignant d'"Envoyé spécial" diffusé ce soir sur France 2
"Envoyé spécial" : Le report de la visite du roi Charles III en France bouleverse le sommaire de l'émission de France 2
Voir toute l'actualité sur Envoyé spécial
l'info en continu
Jérôme Commandeur à la tête d'une nouvelle émission humoristique sur Canal+
TV
Jérôme Commandeur à la tête d'une nouvelle émission humoristique sur Canal+
"Erica" : TF1 annonce le tournage de sa nouvelle fiction événement avec Julie de Bona et Grégory Fitoussi
TV
"Erica" : TF1 annonce le tournage de sa nouvelle fiction événement avec Julie de...
Après quatre ans sur RMC Story, "Faites entrer l'accusé" bascule sur RMC Découverte dès le dimanche 5 mai
TV
Après quatre ans sur RMC Story, "Faites entrer l'accusé" bascule sur RMC...
Netflix : 48h après sa sortie, ce jeu addictif menace déjà "Anthracite" et "Mon petit renne" au sommet du top
TV
Netflix : 48h après sa sortie, ce jeu addictif menace déjà "Anthracite" et "Mon...
Céline Dion : Prime Video annonce la date de sortie du documentaire événement sur le combat contre la maladie de la chanteuse
Plateforme
Céline Dion : Prime Video annonce la date de sortie du documentaire événement sur...
"Intervilles" : France Télévisions décide de repousser (encore) le retour de l'émission culte
TV
"Intervilles" : France Télévisions décide de repousser (encore) le retour de...