Les 10 flops TV de 2016

Partager l'article
Vous lisez:
Les 10 flops TV de 2016
2017, une année compliquée pour ces animateurs.
2017, une année compliquée pour ces animateurs.
Au palmarès des échecs les plus retentissants de l'année : le clair de Canal, les après-midi de France 2 ou encore les nouveautés de NRJ 12.

L'échec le plus tonitruant de l'année 2016 en télévision aura été celui de la nouveauté. Avant de tirer le rideau sur l'année écoulée, puremedias.com vous propose de dresser l'inventaire des 10 flops TV les plus marquants de 2016.

À lire aussi
Léa Salamé : "Il ne faut pas laisser à Pascal Praud les débats politiques"
Radio
Léa Salamé : "Il ne faut pas laisser à Pascal Praud les débats politiques"
"66 minutes" : Quand M6 interviewe une cliente de Kiabi, collaborant avec... Kiabi
TV
"66 minutes" : Quand M6 interviewe une cliente de Kiabi, collaborant avec... Kiabi
"Vous avez la parole" : Eric Dupond-Moretti reproche à France 2 d'avoir fait témoigner une mère endeuillée
TV
"Vous avez la parole" : Eric Dupond-Moretti reproche à France 2 d'avoir fait...

Canal+, plongée en eaux profondes

Il fut un temps où "Le Grand Journal", "Le Petit Journal et autres "Guignols" étaient les marques triomphantes de la prestigieuse vitrine en clair de Canal+. Les lumières de ce "petit Versailles" de la télévision attiraient chaque soir une cour de fidèles. Mais les années fastes ont toujours une fin, et elle est souvent brutale. En 2015, c'est un ouragan nommé Bolloré qui a achevé de dévaster Canal+. La chaîne cryptée a été éviscérée de ses principales têtes d'affiches. Si les marques ont perduré, les incarnants, eux, ont été remplacés.

Yann Barthès voulait partir ? Personne n'a cherché à le retenir. Résultat, "Quotidien" fait les belles heures de TMC tandis que "Le Petit Journal", désormais incarné par Cyrille Eldin, a perdu les trois quarts de son auditoire en un an. "Le Grand Journal" version Antoine de Caunes était tombé à moins de 800.000 téléspectateurs en 2014 ? Deux ans plus tard, la formule de Victor Robert gravite autour de 150.000 fidèles (0,7% du public). Quant aux "Guignols", décapités de leurs auteurs historiques, ils n'ont plus jamais franchi la barre du million de téléspectateurs depuis septembre.

Les quelques nouveautés lancées en clair cette saison sont loin d'avoir trouvé leur public. Tombé à 0,2% de part d'audience, "Midi sport" a basculé en crypté avant de passer définitivement à la trappe. "Le Gros journal" poursuit son parcours dans l'indifférence la plus totale avec, chaque soir à 19h, une petite poignée de 50.000 téléspectateurs (0,3% du public). Dans ce naufrage quasi-généralisé, seuls le "Canal Football Club", et dans une moindre mesure, le "Canal Rugby Club" parviennent encore à tirer leur épingle du jeu.

Les nouveaux après-midi de France 2, iceberg droit devant

Repenser, de fond en comble, les après-midi et le pré-access vieillissants de France 2. C'était un pari osé qui a coûté la tête à celui qui l'a tenté. À la rentrée, sous l'impulsion de Vincent Meslet, directeur exécutif de France 2, la chaîne publique décidait de revoir intégralement sa copie en proposant quatre nouvelles créations entre 14h et 18h45. Exit "Toute une histoire", "Comment ça va bien", "Dans la peau d'un chef" et "Joker", place à "Mille et une vies", "Visites privées", "Amanda" et "AcTualiTy".

Plombée par ses nouveaux après-midi moribonds, France 2 a enregistré la plus faible audience mensuelle de son histoire en septembre avec une moyenne de 12,5% de PDA (record battu le mois suivant avec 12,3% de PDA). Fin décembre, le niveau reste très préoccupant. Entre le 28 novembre et le 15 décembre, "Mille et une vies" pointait en moyenne à 7,5% de PDA tandis que "Visites privées" tombait sous la barre des 6%. Malgré ces scores timides, les deux magazines auront jusqu'à juin pour faire leurs preuves. En revanche, la partie s'annonce plus compliquée pour "Amanda" et "AcTualiTy" qui affichent tous deux une moyenne de 4,5% de PDA en décembre. Caroline Got, qui a succédé à Vincent Meslet à la tête de France 2, travaille activement sur de nouveaux projets, destinés à les remplacer à partir du mois de mars prochain.

La politique sur TF1 cherche téléspectateurs

Après être passée à côté de la primaire PS et de la présidentielle en 2012, TF1 était bien déterminée à prouver qu'elle avait tiré les leçons de ses échecs passés. Premier acte de cette rédemption : le lancement de "Vie Politique", une émission politique incarnée par Gilles Bouleau. Pierre angulaire du dispositif imaginé par Catherine Nayl, patronne de l'info du groupe, en vue de la prochaine présidentielle, l'émission qui prétend "réincarner" la politique n'est pas encore parvenue à trouver son public.

Pour sa première, le 12 juin dernier avec Alain Juppé, l'émission, programmée le dimanche à 18h40, n'était parvenue à rassembler que 1,8 million de téléspectateurs et 10,4% de part d'audience auprès de l'ensemble du public. Un mois plus tard, avec Manuel Valls en invité principal, le programme tombait à 1,5 million de fidèles (10%) avant de redresser la barre en septembre lors de la venue de Marine le Pen (2,3 millions de téléspectateurs, 16,5% de PDA). Le 11 décembre, le dernier numéro en date de l'émission, qui recevait alors Emmanuel Macron, a été suivi par 2,5 millions d'intéressés soit 12,9% du public. Le bilan global est pour le moins faiblard même si la première chaîne a eu le mérite de remanier l'émission en se recentrant sur l'actualité politique et en confiant notamment un débat à Natacha Polony.

Les nouveautés de NRJ 12, la bérézina

Sale temps pour NRJ 12. La chaîne spécialiste de la télé-réalité enregistre des scores mensuels au plus bas depuis 2009... pour la deuxième année consécutive ! Après une rentrée 2015 calamiteuse, qualifiée "d'accident industriel" par Jean-Paul Beaudecroux, le patron du groupe NRJ décidait de faire feu de tout bois et choisissait, en début d'année, de remplacer Vincent Broussard par Guillaume Perrier à la tête de la chaîne.

Exit Benjamin Castaldi, Adrien Rohard, Anne-Gaëlle Riccio ou encore Valérie Damidot, les animateurs recrutés quelques mois plus tôt. Inspirée par le succès des "Anges 8", la chaîne décidait alors de se recentrer sur les cibles jeunes. Mais la liste des échecs enregistrés par les nouveautés sous l'ère Perrier est longue : la série "UnReal" qui n'est jamais parvenue à trouver son public en prime, la tentative ratée de proposer une suite au "Mad Mag", le bide de "Sorry, je me marie", la déprogrammation d'"Indiscrétions" ou encore les déceptions "La revanche des ex" et "Friends Trip 3".

Pour ne rien arranger, la chaîne a souffert de deux affaires : les interminables atermoiements qui ont opposé Martial et Ayem à la tête du "Mad Mag" et la très mauvaise gestion du cas Morandini. Après de longs mois de déroute, Jean-Paul Beaudecroux s'est décidé à opérer un énième changement de direction. Guillaume Perrier s'est vu retirer la gestion éditoriale de NRJ 12, désormais confiée à Stéphane Joffre-Roméas. Pour combien de temps ?

Bertrand Chameroy sur W9, une greffe compliquée

Il était censé être la nouvelle tête de gondole de W9. Quelques mois après sa démission de "Touche pas à mon poste", la neuvième chaîne avait triomphalement annoncé l'arrivée de Bertrand Chameroy sur son antenne. En dépit d'un démarrage encourageant, les douze premiers numéros de "OFNI, l'info retournée" n'ont séduit en moyenne que 270.000 téléspectateurs (2,3% de PDA) entre le 27 septembre dernier et le 13 décembre.

Le changement de formule le 29 novembre dernier a fait flancher l'audience du talk-show, tombé pour la première fois sous la barre des 200.000 téléspectateurs. Une mauvaise performance réalisée tout juste une semaine après le bide enregistré par "Bertrand Chameroy retourne la télé", premier prime de l'animateur sur W9, qui a rassemblé à peine 224.000 téléspectateurs (0,9% du public). Pas de quoi décourager son patron, Jérôme Fouqueray, qui assure qu'entre W9 et Bertrand Chameroy, ce n'est encore que "le début de l'histoire".

"Touche pas à mon sport", game over

Programmé en quotidienne durant la saison 2015-2016, le talk sportif produit par H2O avait été prié par la direction de C8 de s'installer dans de nouveaux quartiers le samedi à 17h10. Mais entre début septembre à mi-octobre, les six numéros diffusés à cet horaire n'ont attiré que 198.000 fans de sport (2% du public). Du coup, la chaîne a décidé de revoir sa copie en reprogrammant l'émission le samedi à 22h25. Sans succès, l'audience moyenne du programme tombant à quelque 150.000 irréductibles (1,7% du public). Face à cette contre-performance, C8 n'a pas tardé à siffler la fin de la partie. Quel avenir pour Estelle Denis, qui n'a plus aucune émission sur C8 ?

"Cinq à Sept" et "Action ou vérité", paris perdus

Qu'il est loin le temps, au début des années 2000, où "La Méthode Cauet" rassemblait jusqu'à 40% des téléspectateurs le jeudi soir en deuxième partie de soirée sur TF1. Nostalgique, et un brin pincée par le succès de "Touche pas à mon poste" sur C8, la première chaîne, sous l'impulsion d'Ara Aprikian, était fermement décidée à remettre le genre au goût du jour sur son antenne.

Le 29 avril dernier, elle lançait "L'hebdo show", un talk-show hebdomadaire incarné par Arthur et porté par une bande de chroniqueurs. Programmé le vendredi en deuxième partie de soirée, les cinq premiers numéros ont trouvé leur public, avec en moyenne 1,8 million de téléspectateurs (19,5% du public). En revanche, la déclinaison quotidienne, "Cinq à Sept avec Arthur", diffusée de 17h à 19h entre le 6 juin et 1er juillet dernier, a plombé tout l'access de la première chaîne, avec une part d'audience moyenne inférieure à 10%. Inacceptable pour la Une qui a été contrainte d'écourter l'expérience et de renoncer définitivement.

Autre pari, Alessandra Sublet et son "Action ou vérité". Après un lancement correct, dans la case de "Vendredi tout est permis", l'audience a dévissé, tombant à 781.000 téléspectateurs (11,4% de PDA), le vendredi 14 octobre dernier. Ce soir-là, TF1 était battue par la fin des "35 heures de Baba" sur C8. Depuis, la chaîne a diffusé deux nouveaux numéros qui ont rassemblé 1 million de téléspectateurs en moyenne (13,2% du public). Des performances médiocres qui ont poussé l'animatrice à reconnaître que "Action ou vérité" n'était "pas le succès espéré".

"SuperKids", le concours de trop

Entre M6 et les grands concours de variété, c'est une histoire compliquée. Ces dernières années, la chaîne a beaucoup tenté et... s'est beaucoup plantée. "X-Factor", "La meilleure danse", "Rising Star", "Un air de star". Avec "SuperKids", à mi-chemin entre "The Voice Kids", "The Best" et "Incroyable Talent", elle espérait bien enfin parier sur le bon cheval. Raté, avec seulement 1,8 million de curieux lors de son lancement (8,5% du public). Après un deuxième numéro, M6 décidait d'envoyer son concours pour enfants se conclure sur W9. Le 19 mai dernier, la victoire du jeune Enzo, était ainsi célébrée dans l'indifférence générale sur la petite soeur de M6 devant 561.000 téléspectateurs (2,6% du public).

"Murder" avec préméditation

Plébiscitée par le public américain - malgré une légère baisse sur ABC cette saison -, louée par de nombreux critiques, "Murder", production de la très prolifique Shonda Rhimes ("Grey's Anatomy", "Scandal") avait fait douter les équipes de la programmation de M6 lors de son acquisition en 2015. La Six n'a jamais vraiment su sur quel pied danser avec cette série juridique portée par Viola Davis, Alfred Enoch ou encore Jack Falahee. À l'été 2015, la chaîne tentait un pari en proposant les quatre premiers épisodes de la série en prime puis le lendemain en seconde partie de soirée. Malgré un lancement très encourageant, la série s'est effondrée.

Après cette première expérience infructueuse, M6 avait décidé de donner une nouvelle chance à la série, en mars dernier, en lui offrant les honneurs du prime sur W9. Moins de 250.000 téléspectateurs étaient au rendez-vous, soit à peine 1,1% du public. Après deux semaines de diffusion, la série était logiquement abandonnée. En novembre dernier, à la surprise générale, M6 décidait de diffuser la deuxième saison inédite de la série. La catastrophe était prévisible : dès son retour, les deux premiers épisodes de la série pointaient à... 863.000 curieux (3,8% du public). Le 8 décembre dernier, "Murder" est tombée à seulement 806.000 fidèles (3,5% de PDA), avant d'être déprogrammée et déstockée sur 6play.

"Nouvelle Star", la descente aux enfers

C'est certainement LE gâchis de l'année, tant C8 tenait un format en or avec "Nouvelle Star", télé-crochet qui a fait les belles heures de M6 dans les années 2000. Depuis son retour tonitruant en 2012 (jusqu'à 1,9 million de téléspectateurs sur D8 !), l'émission s'était constituée une solide base de fidèles. Malgré un démarrage un peu décevant, ils étaient encore jusqu'à 1,2 million à suivre les castings de la douzième saison, lancée en février 2016. Mais l'obsession brutale de Cyril Hanouna contre le programme, associée au psychodrame qui a suivi l'épisode de la gifle adressée par Joey Starr à Gilles Verdez ont achevé de condamner le programme, déjà victime d'une usure structurelle.

En moyenne, la saison 12 de "Nouvelle Star" a rassemblé 849.000 téléspectateurs (audiences veille) et 4% des individus de quatre ans et plus. L'émission s'est effondrée, semaine après semaine, battant à plusieurs reprises son pire score historique. La finale du programme s'est ainsi achevée dans l'indifférence générale, en rassemblant à peine 478.000 fidèles et 2,3% du public, selon Médiamétrie.

l'info en continu
"Conan le barbare" : Une série en préparation chez Netflix
SVOD
"Conan le barbare" : Une série en préparation chez Netflix
Haut-Karabagh : Deux journalistes du "Monde" blessés lors d'un bombardement
Presse
Haut-Karabagh : Deux journalistes du "Monde" blessés lors d'un bombardement
"Infidèle" : Claire Keim de retour pour une saison 2 ce soir sur TF1
Programme TV
"Infidèle" : Claire Keim de retour pour une saison 2 ce soir sur TF1
Propos d'Eric Zemmour sur CNews : Une enquête ouverte par le parquet de Paris
Justice
Propos d'Eric Zemmour sur CNews : Une enquête ouverte par le parquet de Paris
Débat Trump/Biden : Quelle audience pour les chaînes info françaises ?
Audiences
Débat Trump/Biden : Quelle audience pour les chaînes info françaises ?
Sud Radio : Le PDG Didier Maïsto quitte ses fonctions
Radio
Sud Radio : Le PDG Didier Maïsto quitte ses fonctions
Vidéos Puremedias