Plan social à "L'Obs" : "La direction semble inflexible, c'est la grosse angoisse" (màj)

Partager l'article
Vous lisez:
Plan social à "L'Obs" : "La direction semble inflexible, c'est la grosse angoisse" (màj)
Les salariés de "L'Obs" en colère.
Les salariés de "L'Obs" en colère.
Les salariés ont manifesté ce midi devant la place de la Bourse pour protester contre le plan de départs enclenché par la direction.

Si la crise d'iTELE a eu un important écho médiatique, celle que subit "L'Obs" depuis plusieurs mois, plus silencieuse, n'en finit plus. Ce midi, plusieurs dizaines de salariés de la rédaction, accompagnés par des journalistes de Rue89, ont manifesté devant la place de Bourse, contre un plan de départs concernant 38 postes. Une fausse Une de l'hebdomadaire a été maquettée et affichée devant le bâtiment de la rédaction, avec en titre "Non aux licenciements".

À lire aussi
Affaire Griveaux : "Mediapart" s'explique sur la publication d'un billet relayant les vidéos à caractère sexuel
Presse
Affaire Griveaux : "Mediapart" s'explique sur la publication d'un billet relayant...
Après la publication de vidéos à caractère sexuel, B. Griveaux dénonce "des attaques ignobles"
Politique
Après la publication de vidéos à caractère sexuel, B. Griveaux dénonce "des...
Affaire Griveaux : L'étrange fou rire de Laurence Sailliet sur CNews
TV
Affaire Griveaux : L'étrange fou rire de Laurence Sailliet sur CNews

"Il n'y a pas de dialogues constructifs avec la direction"

"L'objectif est que ce soit des départs volontaires, mais s'il n'y a pas assez de départs, ce sera un plan social", explique un journaliste du groupe à puremedias.com. L'organisation de cette manifestation, au pied du siège de "L'Obs", a été décidée lors de la dernière assemblée générale ce mercredi, en présence des syndicats, des délégués du personnel et entre autres, du Comité d'entreprise. Jean Daniel, le fondateur de l'hebdomadaire en 1964, était aussi présent lors de l'événement auprès des manifestants.

"Le plan social a été déclenché depuis un moment, fin juin. Il y a des négociations sur les montants du plan de départs, mais pour le moment, il y a peu d'avancées. On craint que les conditions ne soient pas intéressantes, et en plus, il n'y a pas de dialogue constructif avec la direction", s'inquiète un salarié de "L'Obs", ajoutant qu'à ce jour, "aucune condition n'est remplie pour les 38 départs."

"Tout le monde est inquiet"

A l'origine, le plan social était ciblé en fonction des services, "TéléObs" étant par exemple "beaucoup plus touché" que le pôle politique. "On s'est battu pour que ça ne soit pas comme ça, pour égaliser. Désormais, ce serait autour de 20 départs sur le print et 3 ou 4 sur le web", nous indique un membre de la rédaction. Une nouvelle réunion a lieu cet après-midi entre les représentants du personnel et la direction.

Si les lignes ne bougent pas du côté de la direction, les journalistes de la rédaction sont prêts à se mettre en grève, "sûrement lundi ou mardi, au moment du bouclage, pour bloquer le journal". "La direction semble inflexible et il n'y a pas de grande culture de la contestation à 'L'Obs'. Il faut des opérations plus radicales. C'est la grande angoisse. Tout le monde est inquiet, y compris ceux qui restent pour leurs conditions de travail", craint-on en interne. Un autre journaliste se plaint que "depuis le rachat de Xavier Niel, Matthieu Pigasse et Pierre Bergé, ils ne font que boucher les trous". "Il n'y a aucun investissement sur l'éditorial, aucun recrutement. Ils ne disent qu'une chose : 'Il faut que le journal soit à l'équilibre'."

Un plan d'économies de 5 millions d'euros

Depuis 2014, "L'Obs" appartient au le trio d'hommes d'affaires, qui détiennent aussi le quotidien "Le Monde". Après le départ de Laurent Joffrin de la direction de la rédaction, Matthieu Croissandeau a été nommé pour le remplacer, mais il a depuis dû faire face au vote d'une motion de défiance à son encontre. Après le licenciement contesté de la numéro 2 du journal, Aude Lancelin, l'hebdomadaire a annoncé avoir mis en place fin juin un plan d'économies de 5 millions d'euros.

Avec une baisse des ventes de ses journaux en kiosque de 13%, soit 401.000 exemplaires vendus en moyenne en 2015, le groupe veut stopper l'hémorragie, qui s'est traduite par une perte de 2,5 millions d'euros en 2015. "Force est de constater que la situation économique de notre journal, comme malheureusement celle de nombreux autres news magazines en France et à l'international, n'est plus viable sans une large remise à plat de toute notre organisation", était-il expliqué dans une note adressée aux salariés en septembre dernier. Contactée par puremedias.com, la direction de "L'Obs" n'était pas joignable.

Mise à jour 20h25. A la sortie de la dernière réunion cet après-midi, "il y a eu des avancées" de la direction, indique-t-on à puremedias.com. "Nous avons travaillé sur les indemnités et ils nous ont assuré qu'il n'y aurait pas de départs contraints", nous précise-t-on, ajoutant qu'il existe toujours des désaccords. "Une non-publication mardi, jour de bouclage, peut être envisageable", nous souffle un journaliste.

Matthieu Croissandeau
Matthieu Croissandeau
"L'Obs" : Matthieu Croissandeau bientôt remplacé par Dominique Nora
Matthieu Croissandeau ("L'Obs") : "Le journal ne roule pas pour Emmanuel Macron"
Plan social à "L'Obs" : Les journalistes de nouveau dans la rue
Voir toute l'actualité sur Matthieu Croissandeau
commentaires
Veuillez désactiver votre bloqueur de pub (Adblock) pour ce site afin d'afficher l'intégralité des commentaires et en publier.
propofol

Ah mais je n'ai pas dit que les journalistes auraient pu empêcher l'élection de Trump, mais au moins la prédire, et du coup peut-être créer un sursaut citoyen (mais pas sûr).

Après, je voyais l'Obs plutôt aux alentours de 3€, mais il est déjà 3€90, et vu le contenu il ne génère plus de ventes et donc le tarif risque d'augmenter encore, c'est pas gagné. Et je pense que le licenciement d'Aude Lancelin a dégradé l'image du journal.

Sinon, sur les moyens, oui, avant si un journal se vendait bien il avait un "trésor de guerre" (comme le Canard Enchaîné), ça permettait de financer les enquêtes, maintenant comme ils sont propriété d'un grand groupe, s'il y a un bénéfice il passe dans la comptabilité et peut servir à quelque chose qui n'a rien à voir, et du coup on retrouve le spécial immobilier et les conseils sexo...



La Sardine

Je pense que l'élection de Trump est surtout de la responsabilité des électeurs et que de fait elle est légitime. Une élection n'est pas anti démocratique selon son résultat.

Mais au delà du nombre de journalistes, il faut mettre des moyens considérables pour sortir des informations. Les Panama Papers c'est des mois d'investigation avec des moyens originaux (consortium international de 376 journalistes ou encore un moteur de recherche spécialement amélioré pour analyser les données (2600 go de données, 11.5 millions de documents).

Si L'Obs est incapable de sortir des infos "inédites" a rend compliqué de justifier les presque 5€ que coûte le journal. Les quelques conseils sexo de l'été (je ne suis pas sur que ce soit le cas mais c'est l'idée) et le programme tv hebdo n'y suffiront pas.



ElRom16

Un i-Télé bis ?
L'interview de Julia Cagé fait encore plus écho avec cette news ...



propofol

Encore une fois, ce sont les journalistes qui payent les errements de la direction. Julia Cagé (dont il faut que j'achète le bouquin) dit que la chute brutale du nombre de journalistes aux Etats-Unis a rendu plus difficile l'analyse de la dernière campagne et donc la prédiction de la victoire de Trump, sommes-nous prêts à faire pareil en France  ?



comments powered by Disqus
Sur le même thème
l'info en continu
Municipales 2020 à Paris : BFMTV et BFM Paris diffuseront le débat d'entre-deux-tours
TV
Municipales 2020 à Paris : BFMTV et BFM Paris diffuseront le débat...
Municipales 2020 à Paris : LCI diffusera le débat des 7 principaux candidats le 4 mars
TV
Municipales 2020 à Paris : LCI diffusera le débat des 7 principaux candidats le 4...
"Plus belle la vie" : Pourquoi France 3 ne fêtera pas le 4.000e épisode ce soir
Séries
"Plus belle la vie" : Pourquoi France 3 ne fêtera pas le 4.000e épisode ce soir
Piotr Pavlenski menotté en Une de "Paris Match" : "C'est interdit par la loi", proteste Eric Dupond-Moretti
Presse
Piotr Pavlenski menotté en Une de "Paris Match" : "C'est interdit par la loi",...
"Plan C" de Camille Combal de retour à 23h30 sur TF1
Programme TV
"Plan C" de Camille Combal de retour à 23h30 sur TF1
"Koh-Lanta : L'île des héros" : TF1 lance la saison 21 de son jeu d'aventure ce soir
Programme TV
"Koh-Lanta : L'île des héros" : TF1 lance la saison 21 de son jeu d'aventure ce...
Vidéos Puremedias