Réforme de l'audiovisuel : Gilles Pélisson critique de nouveau le projet de Franck Riester

Partager l'article
Vous lisez:
Réforme de l'audiovisuel : Gilles Pélisson critique de nouveau le projet de Franck Riester
Gilles Pélisson sur France Inter © Youtube
Le patron de TF1 a de nouveau demandé au ministre de la Culture de revoir sa copie concernant la prochaine réforme de l'audiovisuel.

Gilles Pélisson ne baisse pas les bras. Alors que le ministre de la Culture, Franck Riester, a éconduit hier les bougons patrons des grands groupes privés, celui de TF1 a décidé de repartir au front. Accordant une interview à Léa Salamé sur France Inter ce matin, Gilles Pélisson a ainsi réaffirmé son insatisfaction concernant la réforme de l'audiovisuel prévue par le gouvernement l'année prochaine.

À lire aussi
"Vous êtes fatigant !" : Thomas Piketty exaspéré par Patrick Cohen dans "C à vous"
TV
"Vous êtes fatigant !" : Thomas Piketty exaspéré par Patrick Cohen dans "C à...
Le journaliste Claude Sempère (France 2) est mort
TV
Le journaliste Claude Sempère (France 2) est mort
France Télévisions : "C'est pas sorcier" revient dans une nouvelle version
TV
France Télévisions : "C'est pas sorcier" revient dans une nouvelle version

"On est en train de dire au ministre : 'Allez au bout de vos idées !'"

"On est en train de dire au ministre (le ministre de la Culture, ndlr) : 'Allez au bout de vos idées ! Vous nous avez laissé penser que nous avions un rendez-vous avec l'Histoire et nous pensons qu'il y a un rendez-vous avec l'Histoire !'", a commencé Gilles Pélisson, citant ensuite les 6 millions d'abonnés à Netflix en France et le succès probable de Disney+, attendu en mars prochain dans l'Hexagone.

Accusant ensuite Franck Riester de faire "de la com'" et d'être "dans la politique", Gilles Pélisson a critiqué l'ensemble des garde-fous imaginés par le gouvernement pour que la réforme de l'audiovisuel ne fragilise pas la presse et les radios locales. Parlant des "modèles économiques fragilisés" des chaînes de télé, le PDG de TF1 a ainsi dit regretter que tous les secteurs interdits de publicité à la télévision ne soient pas libéralisés. Il a aussi critiqué les quotas imaginés par Franck Riester en matière de publicité pour le cinéma, un secteur historiquement interdit à la télévision, mais qui ne le sera bientôt plus grâce à la prochaine réforme audiovisuelle. Ces quotas ont pour but d'éviter que cette nouvelle publicité télévisuelle ne concerne que des blockbusters américains et pas des films français ou européens. "On peut faire des remises de 60 ou 70% pour les petits films", a proposé Gilles Pélisson comme mesure de substitution.

De la même manière, le PDG de TF1 a fustigé dans son entretien la future possibilité pour les chaînes de télé de pouvoir diffuser un troisième écran publicitaire lorsqu'elles programment des longs métrages. "C'est sur des films de plus de deux heures ! Si vous saviez le nombre de films de plus de deux heures qu'on passe par an...", a-t-il ironisé, au lendemain de la diffusion sur TMC, chaîne du groupe TF1, de "Captain America : Civil War", un film de 2h28.

"Peur" des "mammouths"

Gilles Pélisson a ensuite critiqué les conditions posées par le gouvernement pour la mise en oeuvre de la publicité géo-localisée : ne pas donner l'adresse des commerçants-annonceurs afin de laisser ce privilège et le marché pub qui va avec, à la presse et aux radios locales, qui en sont fortement dépendantes. "A un moment, ce n'est pas le sujet. Le sujet, c'est qu'on se bat contre Google et Facebook, qui n'ont, eux, aucune interdiction ! A un moment, soit vous encadrez ces acteurs (...), soit il faut nous aider en tant que modèle de télévision", a fait valoir le PDG du groupe TF1.

Affirmant avoir "bien sûr peur" des "mammouths" que sont Google ou Apple, - dont il n'avait pas peur en juin, avant le dévoilement de la réforme - Gilles Pélisson a ensuite tenté de justifier l'alliance passée avec Netflix pour le financement et la diffusion du "Bazar de la charité", la série évènement actuellement programmée avec succès sur TF1. Il a précisé que si cette fiction appartiendra mondialement pendant quatre ans à Netflix après sa diffusion sur la Une en linéaire, elle reviendrait ensuite dans le giron de son groupe. "C'est un beau complément qui va me permettre de faire encore plus de programmes", s'est félicité Gilles Pélisson à ce sujet.

Gilles Pelisson
Gilles Pelisson
Gilles Pélisson (TV Notes 2019) : "Ceux qui disent que la télévision est morte se trompent"
Ligue des champions, Formule 1, rugby : Gilles Pélisson détaille la politique sportive de TF1
TF1 : Gilles Pélisson confirmé à la présidence pour trois ans de plus
Voir toute l'actualité sur Gilles Pelisson
commentaires
Veuillez désactiver votre bloqueur de pub (Adblock) pour ce site afin d'afficher l'intégralité des commentaires et en publier.
Le Père LaCritique

Gilles Pélisson, Giles Pélisson... Euh on parle bien de ce monsieur qui ne connaît rien à la télé et qui a mené sa chaîne à la ruine ?



erwan

Il a certes raison sur des réglementations qui datent de l'ère analogique au siècle dernier. Il a certes raison sur le catalogue. Mais contrairement à celui de nos voisins il n'y a pas grand chose dans le catalogue français.
Quant à la pub on peut regretter cette tradition française d'aider par des quotas et des lois des secteurs qui sont quand même menacés par l'évolution des consommations et la révolution numérique. On ne sauve rien en handicapant un autre secteur.
Mais et les lois n'y sont pour rien, TF1 est la dernière grande chaîne européenne avec M6 à diffuser encore des tonnes de tvfilms et de séries US pour remplir des grilles vides. La BBC, ITV, ARD, ZDF, RTL, RAI etc. y ont renoncé depuis longtemps. Elles ont comme TF1 ou M6 des chaînes complémentaires qui accueillent ce genre de programmes. L'état de la chaîne premium ne donne guère envie de soutenir la colère du PDG d'un groupe paresseux.
Le retard français sur le streaming n'est pas dû à la loi. RTL Group souffre aussi du recul de la tv linéaire mais il a explosé ses résultats avec sa plateforme TVNOW en Allemagne et aux Pays-Bas...mais pas en France où sa chaîne M6 en est encore à piloter un projet timide.
Nos voisins peuvent critiquer l'invasion des plateformes américaines car ils se donnent les moyens de lutter malgré les lois antitrust qui les handicapent. En France le PDG de TF1 devrait éviter d'avoir ce culot.
Cela étant il est urgent que l'UE encadre les géants américains ou libère totalement les groupes de médias européens.



REDJOHNLEROUGE

ils ne proposent rien d'original. J'ai bien aimé l'esprit canaille de TMC. Il chiale mais ils ne proposent pas de formats originaux. TF1 mainstream comme il dit il n'y a rien hormis les grandes fictions de prime. Coté flux pas terrible. Les fictions du catalogue Hallmark l'après midi. Des primes de divertissements poussifs The Voice dals and co. Mask Singer c'est du foutage de tronche. Ils ne misent que sur Combal c'est un peu Martine à la plage au marché....pas grand chose. Sur TMC hormis Quotidien qui tire son épingle du jeu. Je n'ose imaginer si Chabat dit stop à Burger quizz, un programme qui tient un peu beaucoup sur lui....Quotidien va bien lasser à un moment. Je leche je lache je lynche....



Vanessa Ritchi

Donc face à Netflix et autres plateformes sa solution serait de mettre encore plus de pubs à la tv ? https://media3.giphy.com/me...



Steph3333

Le mec propose du médiocre 24h/24, 7j/7 et il la ramène encore. Je ne suis pas macroniste, mais j'espère que le gouvernement ne va pas céder face à ces rigolos.
Sauf miracle et grosse réforme interne, la télévision de flux ne sera plus rien dans 20 ans.



Tenue correcte exigée

Les réductions de 70% des tarifs de la pub pour les petits films, c'est l'équivalent des opéras en prime time promis par Francis Bouygues à la privatisation de TF1 ?

Pour une fois qu'un politique résiste (un peu) à TF1 alors qu'on leur a accordé une coupure pub de plus, ce serait indécent de céder sur le reste.



comments powered by Disqus
Sur le même thème
l'info en continu
L'année médias 2019 vue par... Karine Ferri
Interview
L'année médias 2019 vue par... Karine Ferri
Audiences : Record historique pour "Tout le monde a son mot à dire" sur France 2
Audiences
Audiences : Record historique pour "Tout le monde a son mot à dire" sur France 2
Audiences access 20h : Record pour "Le 20h, le mag", "28 minutes", "C'est Canteloup" et "Scènes de ménages"
Audiences
Audiences access 20h : Record pour "Le 20h, le mag", "28 minutes", "C'est...
Audiences access 19h : Ingrid Chauvin et Nagui au coude-à-coude, "Quotidien" au million devant "TPMP"
Audiences
Audiences access 19h : Ingrid Chauvin et Nagui au coude-à-coude, "Quotidien" au...
Audiences : "Le Bazar de la Charité" puissant leader en hausse, final au plus bas pour "L'amour est dans le pré"
Audiences
Audiences : "Le Bazar de la Charité" puissant leader en hausse, final au plus bas...
Ligue 1 : Canal+ rachète le lot de beIN Sports et diffusera finalement la compétition jusqu'en 2024
Sport
Ligue 1 : Canal+ rachète le lot de beIN Sports et diffusera finalement la...
Vidéos Puremedias