Simulacre d'exécution d'Emmanuel Macron : Des journalistes mis en cause pour avoir couvert l'événement

Partager l'article
Vous lisez:
Simulacre d'exécution d'Emmanuel Macron : Des journalistes mis en cause pour avoir couvert l'événement
Simulacre d'exécution d'Emmanuel Macron à Angoulême
Simulacre d'exécution d'Emmanuel Macron à Angoulême © SUD OUEST/MAXPPP
Une cinquantaine de Gilets jaunes a organisé une mise à mort symbolique du chef de l'État vendredi dernier à Angoulême.

Des journalistes inquiétés pour avoir fait leur travail. Vendredi dernier, dans le parc de Bourgines, à Angoulême, des Gilets jaunes avaient organisé faux procès d'Emmanuel Macron suivi d'un simulacre de décapitation du chef de l'État. Les images du pantin décapité avaient ensuite circulé dans la presse et sur les réseaux sociaux et avaient été évoquées, avec indignation, par le Premier ministre. De son côté, la préfecture de Charente avait immédiatement réagi en saisissant le parquet d'Angoulême qui avait alors ouvert une enquête pour "provocation au crime et outrage".

À lire aussi
Mort de Bertrand-Kamal ("Koh-Lanta") : Denis Brogniart lui avait adressé un message lors de la dernière finale
TV
Mort de Bertrand-Kamal ("Koh-Lanta") : Denis Brogniart lui avait adressé un...
Audiences radio été 2020 : Inter leader en baisse, RTL plonge, France Info en forme, Europe 1 au plus bas
Audiences
Audiences radio été 2020 : Inter leader en baisse, RTL plonge, France Info en...
"13 Heures" de TF1 : Marie-Sophie Lacarrau succède à Jean-Pierre Pernaut
TV
"13 Heures" de TF1 : Marie-Sophie Lacarrau succède à Jean-Pierre Pernaut

Selon le titre local "Charente Libre", les trois organisateurs du simulacre d'exécution ont été convoqués ce vendredi matin et devraient être placés en garde à vue. Par ailleurs, le journal charentais révèle que trois de ses journalistes, un reporter, un photographe et un membre de la rédaction en chef, ont été entendus par les services de police. Selon "Charente Libre", les trois journalistes ont été entendus, non pas comme témoins, mais comme "mis en cause" pour "provocation non suivie d'effet au crime ou délit par parole, écrit, image ou moyen de communication au public par voie électronique". Renaud Joubert, le photographe incriminé, a posté sur son compte Twitter le document fourni par le tribunal d'Angoulême.

Le journal local "Charente Libre" offusqué par la mise en cause

Dans un article, "Charente Libre" s'offusque du traitement réservé à ses journalistes "alors même qu'ils ont couvert cet événement -comme toute manifestation d'actualité- selon les critères déontologiques et conformes au droit à l'information". "Fidèle à sa conception du journalisme sans complaisance, tant à l'egard des pouvoirs que des groupes de pression ou des mouvements tels que les gilets jaunes, 'Charente Libre' continuera de remplir sa mission de témoin" assure le journal qui affirme "(se réserver) toute possibilité de recours à l'egard de ceux qui tenteraient de limiter ce rôle".

l'info en continu
Gilles-William Goldnadel : "Je veux une présentatrice de JT moche à la télévision !"
TV
Gilles-William Goldnadel : "Je veux une présentatrice de JT moche à la télévision...
Distribution de Téléfoot : Canal+ assigne Mediapro en justice
Justice
Distribution de Téléfoot : Canal+ assigne Mediapro en justice
Départ de Marie-Sophie Lacarrau : Nathanaël de Rincquesen fait ses adieux à sa place dans le "13 Heures" de France 2
TV
Départ de Marie-Sophie Lacarrau : Nathanaël de Rincquesen fait ses adieux à sa...
Caroline Got quitte France Télévisions
TV
Caroline Got quitte France Télévisions
"Ligue du Lol" : Alexandre Hervaud, ex-chef du service web de "Libération", réclame 204.000 euros au quotidien
Presse
"Ligue du Lol" : Alexandre Hervaud, ex-chef du service web de "Libération",...
Le comédien Roger Carel est mort
TV
Le comédien Roger Carel est mort
Vidéos Puremedias