Audrey Pulvar : "On m'a prise pour une conne à France Télévisions"

Partager l'article
Vous lisez:
Audrey Pulvar : "On m'a prise pour une conne à France Télévisions"
Audrey Pulvar
Audrey Pulvar
Débarquée de France Télévisions, Audrey Pulvar se lâche sur la direction du groupe audiovisuel qui, pour elle, l'a prise "pour une conne".

Depuis la montée en puissance de son compagnon dans la vie politique française, le rôle d'Audrey Pulvar dans les différentes émissions où elle officie est critiqué. Dès l'annonce de l'entrée au gouvernement d'Arnaud Montebourg, elle avait dû abandonner sa quotidienne sur France Inter. Il y a quelques jours, puremedias.com vous révélait qu'elle ne serait pas reconduite à la rentrée dans "On n'est pas couché". Et pour couronner le tout, selon nos informations, son projet d'émission culturelle sans politique a été refusé par France 2. Trop c'est trop. Aujourd'hui, Audrey Pulvar se lâche dans Libération et dit avoir été prise "pour une conne".

À lire aussi
Canular homophobe dans "TPMP" : Le CSA a reçu des centaines de signalements
TV
Canular homophobe dans "TPMP" : Le CSA a reçu des centaines de signalements
David Pujadas écarté du "20 Heures" : Delphine Ernotte s'explique devant la rédaction
Mercato
David Pujadas écarté du "20 Heures" : Delphine Ernotte s'explique devant la...
Marine Le Pen à David Pujadas : "Vous ne pensez qu'à lécher le cul du pouvoir"
Politique
Marine Le Pen à David Pujadas : "Vous ne pensez qu'à lécher le cul du pouvoir"

"Quand je regarde certaines interviews politiques télévisées, je n'ai pas le sentiment que le job soit fait"

"A On n'est pas couché, je suis dans un registre très particulier qui est celui de l'éditorialiste. Laurent Ruquier et Catherine Barma sont venus chercher chez moi un point de vue, une opinion, un parti-pris politique. Ils ne sont pas venus chercher une présentatrice de JT, une intervieweuse politique classique. Mes idées ne sont pas celles de mon compagnon, elles sont même souvent assez différentes, beaucoup plus tranchées" explique la journaliste qui avoue ne pas être d'accord avec les raisons de son éviction.

Quant aux questions de connivence qui entouraient son rôle dans l'émission de Laurent Ruquier, Audrey Pulvar n'en a que faire. "Le soupçon concerne beaucoup de confrères et de consoeurs. On n'a pas besoin d'avoir dans sa vie intime un politique pour être soupçonné d'être influencé. Tous les journalistes peuvent être soupçonnés de connivence. Quand je regarde certaines interviews politiques télévisées, je n'ai pas le sentiment que le job soit fait ; que l'invité soit de gauche ou de droite, il n'est pas relancé, il n'est pas mis face à ses contradictions... Je voudrais qu'on m'explique de manière rationnelle pourquoi, en tant que femme de quelqu'un qui est au gouvernement, je serais plus influencée, plus soupçonnable qu'un journaliste qui est copain d'un leader politique, dîne avec lui, est parrain de son fils, part en vacances avec lui" souligne-t-elle.

"Non seulement je suis cataloguée 'femme de', mais en plus on me prend pour une conne !"

Malgré tout, comme le révélait puremedias.com, Audrey Pulvar sera absente de la grille de rentrée de France 2. "Moi, ce que m'a dit Rémy Pflimlin, c'est : 'Vous ne ferez plus On n'est pas couché et on n'a rien d'autre à vous proposer'. (...) Je m'attendais à ce que la direction de France Télévisions me dise que ce n'était pas possible. Donc, pour éviter de me retrouver dans un cul-de-sac, j'ai vu Bertrand Mosca pour lui demander s'il voudrait continuer à travailler avec moi. On a parlé du magazine culturel du jeudi, mais il m'a orientée vers un débat de société pour lequel j'ai fait un pilote. Le 1er juin, Rémy Pflimlin m'a dit que le projet était enterré, pas assez divertissant. Et qu'il avait déjà quelqu'un pour le magazine culturel. Je lui ai dit : 'OK, est-ce qu'on peut réfléchir à quelque chose d'autre ?' Il m'a répondu : 'Enfin, Audrey, on est le 1er juin, les grilles de septembre sont bouclées'" explique celle qui aurait aimé retrouver un rôle à la manière de Béatrice Schönberg.

Mais les explications données par la direction de France Télévisions ne sont pas à la hauteur pour elle. "Ça fait vingt ans que je fais ce métier, j'ai rarement vu les chaînes de télé boucler leurs grilles de septembre le 1er juin, surtout si elles ont envie de travailler avec quelqu'un. Non seulement je suis cataloguée 'femme de', mais en plus on me prend pour une conne : c'est doublement désagréable. Ça remet l'ego en place... Rémy Pflimlin m'a dit : 'Peut-être en janvier.' Oui, c'est ça, prends-moi pour un jambon" s'agace Audrey Pulvar dans cet entretien à Libération.

"Le tweet de Valérie Trierweiler ne fait pas un programme politique"

Néanmoins, la décision de France Inter est quant à elle plus simple à comprendre pour Audrey Pulvar. "A France Inter, même si je faisais un éditorial en début de tranche, j'étais dans un espace d'information, un espace qui doit être neutre. Je ne suis pas forcément d'accord sur le fond de la décision, mais bon, elle s'explique" note-t-elle, ajoutant s'être vu proposer une tranche de 22h à minuit le samedi sur l'antenne. "Je suis contente du concept proposé mais j'ai des doutes sur l'horaire et le jour, on réfléchit à une autre place sur la grille" annonce Audrey Pulvar.

Enfin, la journaliste revient sur l'affaire de la semaine, qui a fait couler beaucoup d'encre : le tweet de Valérie Trierweiler en soutien à l'opposant de Ségolène Royal. "J'aimerais qu'on se mette de temps en temps à la place de Valérie Trierweiler à qui on explique qu'elle n'a plus le droit de s'exprimer, de se mouvoir que dans ce cadre-là. (...) Laissons-lui le droit à quelques errements. Le Fouquet's ne faisait pas un programme politique, le tweet de Valérie Trierweiler non plus" explique-t-elle, tout en jugeant la position de sa consoeur à Paris Match "ridicule".

"Soit on considère qu'elle est encore journaliste et on la traite comme une consoeur et non comme une espionne. Soit on se dit que ce n'est plus possible et on lui demande de faire autre chose de sa vie" tranche-t-elle. Mais pour elle, la question de l'exercice du journalisme lorsque sa compagne ou son compagnon est du domaine politique doit s'ouvrir. "Il faudra que ce débat-là dépasse le simple cas de Valérie Trierweiler ou d'Audrey Pulvar" demande-t-elle en fin d'interview.

commentaires
comments powered by Disqus
Sur le même thème
l'info en continu
Premières séances : "Pirates des Caraïbes 5" leader au plus bas
Cinéma
Premières séances : "Pirates des Caraïbes 5" leader au plus bas
Tom Cruise confirme que "Top Gun" aura bien une suite
Cinéma
Tom Cruise confirme que "Top Gun" aura bien une suite
Disques : Sofiane devant Harry Styles, Alma en hausse
Musique
Disques : Sofiane devant Harry Styles, Alma en hausse
Bande-annonce : "K.O.", deuxième film du créateur des "Revenants"
Cinéma
Bande-annonce : "K.O.", deuxième film du créateur des "Revenants"
Eric Judor : "La télé ne me fait plus marrer"
TV
Eric Judor : "La télé ne me fait plus marrer"
Un reboot de "Drôle de dames" au cinéma en 2019
Cinéma
Un reboot de "Drôle de dames" au cinéma en 2019
Ce soir que regardez-vous ?
55
Votes
Grey's Anatomy
Je regarde
42
Votes
Football
Je regarde
34
Votes
Maison à vendre
Je regarde
19
Votes
Merci pour tout, Charles
Je regarde
18
Votes
Les enquêtes de TPMP
Je regarde
14
Votes
Des racines et des ailes
Je regarde
10
Votes
Timbuktu
Je regarde
5
Votes
Vice-Versa
Je regarde
4
Votes
90' Enquêtes
Je regarde
4
Votes
Shining
Je regarde
2
Votes
Terre sous influences
Je regarde
2
Votes
Captain America :...
Je regarde
1
Votes
40 ans du disco : le...
Je regarde
0
Votes
Les 30 histoires...
Je regarde
0
Votes
Vive la colo !
Je regarde