"Vincent tout-puissant" : Vivendi condamné pour procédure abusive contre un journaliste

Partager l'article
Vous lisez:
"Vincent tout-puissant" : Vivendi condamné pour procédure abusive contre un journaliste
Vincent Bolloré
Vincent Bolloré © Abaca
L'industriel d'origine bretonne, actionnaire principal de Vivendi, est coutumier des procédures à l'encontre des journalistes.

Nouvelle défaite judiciaire pour Vincent Bolloré et Vivendi. Le site "Les Jours" annonce que le groupe médias vient d'être condamné par le tribunal de grande instance de Paris à verser 3.000 euros au journaliste indépendant Nicolas Vescovacci, au titre des frais de justice, ainsi que 8.000 euros pour "procédure abusive". Selon la juridiction, Vivendi "apparaît avoir agi avec une particulière témérité". Dans "Les Jours", Olivier Baratelli, avocat de l'industriel d'origine bretonne, annonce l'intention de Vivendi de faire appel de ce jugement qualifié de "surprenant". Il dit par ailleurs espérer que la cour d'appel verra différemment "le comportement inacceptable de monsieur Vescovacci".

À lire aussi
France Télévisions : Patrick Montel privé des championnats du monde d'athlétisme
Sport
France Télévisions : Patrick Montel privé des championnats du monde d'athlétisme
"Cessons de dire n'importe quoi" : beIN Sports recadre Marlène Schiappa sur la retransmission du handball féminin
Sport
"Cessons de dire n'importe quoi" : beIN Sports recadre Marlène Schiappa sur la...
Audiences samedi : "C l'hebdo" et "On n'est pas couché" en hausse, démarrage faible pour "La grande darka" sur C8
Audiences
Audiences samedi : "C l'hebdo" et "On n'est pas couché" en hausse, démarrage...

Co-auteur du livre "Vincent tout-puissant" (éditions Lattès), paru en janvier 2018, Nicolas Vescovacci, par ailleurs co-auteur du documentaire sur le Crédit mutuel censuré par Canal+, était attaqué par Vivendi pour "dénigrement", "négligence fautive" et "harcèlement". Le groupe lui réclamait 750.000 euros dont 350.000 euros pour préjudice moral, 350.000 euros pour préjudice d'image et 50.000 euros pour les frais engagés. Il était reproché au journaliste d'avoir, dans le cadre de son enquête, envoyé des questions jugées accusatoires à plusieurs cadres du groupe Vivendi. En décembre, selon des propos rapportés par "L'Obs", l'avocat de Vivendi avait accusé Nicolas Vescovacci lors de la première audience de vouloir "détourner les téléspectateurs de Canal+", "déstabiliser le groupe" et "influencer le cours de ses actions en Bourse".

Première condamnation de Vivendi pour procédure abusive

"C'est une première que Bolloré soit condamné pour procédure abusive !", s'est réjouit maître William Bourdon, avocat de Nicolas Vescovacci, dans les colonnes des "Jours". Pour l'avocat, ce jugement pourrait marquer "un coup d'arrêt à l'instrumentalisation judiciaire intarissable du groupe Bolloré". Vincent Bolloré est en effet coutumier des procédures contre les journalistes, qualifiées de "procédures baillon" par de nombreux représentants de la profession.

Vincent Bolloré attaque ainsi quasi-systématiquement, le plus souvent en vain, les enquêtes le concernant lui ou ses activités. En juin dernier, le tribunal correctionnel de Nanterre avait relaxé le groupe France Télévisions et le journaliste Tristan Waleckx, assignés par Vincent Bolloré pour un reportage de l'émission "Complément d'enquête", récompensé du prix Albert-Londres, portant sur ses activités en Afrique. L'homme d'affaires avait poursuivi le groupe audiovisuel public pour "diffamation" avant donc d'être débouté. Une semaine après le tribunal correctionnel de Nanterre, le tribunal de commerce de Paris avait à son tour débouté l'homme d'affaires dans une procédure concernant le même reportage diffusé en 2016. Dans les deux cas, la défense de Vincent Bolloré a fait appel. Les décisions seront rendues le mois prochain.

Une quinzaine de procédures en cours

En janvier 2018, un collectif de journalistes et d'ONG avait signé une tribune pour dénoncer les méthodes de employées par Vincent Bolloré. Une quinzaine de procédures en cours engagées en France et à l'étranger contre des journalistes ou ONG pour "diffamation" ou "dénigrement" avaient à l'époque été recensées selon les signataires de la tribune. Ceux-ci avaient par ailleurs rappelé que, sur la vingtaine de procédures lancées par le groupe Bolloré ces dernières années, seule deux condamnations avaient été prononcées, l'une contre "Libération" pour la légende d'une photo et l'autre contre France Inter pour un reportage. L'auteur de ce reportage, Benoît Collombat, est d'ailleurs attaqué par le groupe Bolloré en "diffamation" pour avoir raconté le procès dans un livre.

Vincent Bolloré
Vincent Bolloré
Procès en diffamation : Vincent Bolloré saisit la Cour de cassation contre "Complément d'enquête" et France 2
Procès en diffamation : Vincent Bolloré perd en appel contre "Complément d'enquête"
"Complément d'enquête" : France 2 et Tristan Waleckx relaxés, Vincent Bolloré condamné pour "procédure abusive"
Vincent Bolloré cède les rênes de son groupe à son fils Cyrille
Voir toute l'actualité sur Vincent Bolloré
commentaires
Veuillez désactiver votre bloqueur de pub (Adblock) pour ce site afin d'afficher l'intégralité des commentaires et en publier.
Thierry Martel

Tiens... heureusement qu'il y a des médias qui ne sont pas sous les mains de Vincent, car sur un site dont les initiale sont JMM on ne trouve pas les décisions judiciaires de Bolloré, mais on trouve ceux du Cardinal Barbarin...



Bozon

Si la procédure est abusive, l'amande devrait être au moins, égale aux sommes injustement réclamées soit 750 000€ au journaliste. Ce qui équivaux pour un journaliste à un meurtre social.
Cette amande de 11 000 € pour Vivendi c'est vraiment ridicule.



Yvonne Pras

La roue serait-elle en train de tourner pour M. Bolloré? Je l'espère!



LeMoi

Ça doit coûter cher en avocats tous ces procès perdus



A French

Merci pour ton honnêteté. Enfin un troll qui s'assume.



bigtv

Hé salut vincent , y'a longtemps , faut dire qu' il y a suffisamment ds l' actualité en ce moment , a chacun son tour .....



lol5Mau .

David contre Goliath... C'est bien David qui gagne!



A French

Ne pas respecter les décisions de justice quand elles ne vont pas dans son sens est une forme d'extrémisme.



A French

La Bretagne, y'a pas de raison de ne pas l'aimer. Les Bretons par contre... ;)



tikeum75

Le film étirable mène à tout :)



L'Œil

C'est pour meubler.



Prof2tout

Je me suis fait la même remarque dés que j'ai vu de titre ...



Prof2tout

Tout dépend de ce qu'il veut obtenir .
Posséder un groupe de presse pour Boloré n'est pas une fin , mais un moyen .



Emrata.

C'est quand même délirant un groupe de médias qui cherche à nuire à la liberté de la presse...




L'industriel d'origine bretonne...


Je ne vois pas bien le rapport avec le fond de l'article.
Vous n'aimez pas la Bretagne ? :)



comments powered by Disqus
Sur le même thème
l'info en continu
"Pékin Express" : Les gagnants de la saison 12 sont...
TV
"Pékin Express" : Les gagnants de la saison 12 sont...
Éric Zemmour définitivement condamné à 3.000 euros d'amende pour provocation à la haine religieuse
Justice
Éric Zemmour définitivement condamné à 3.000 euros d'amende pour provocation à la...
"Ca ne sortira pas d'ici" : Nicole Ferroni remplacée par Jennie-Anne Walker aux côtés de Michel Cymes
TV
"Ca ne sortira pas d'ici" : Nicole Ferroni remplacée par Jennie-Anne Walker aux...
Jean Rességuié : "J'espère que RMC Story battra son record historique avec la Ligue Europa"
Interview
Jean Rességuié : "J'espère que RMC Story battra son record historique avec la...
Antoine de Caunes : "Je retrouve à Inter l'état d'esprit qu'il y a eu à Canal dans les années 1980"
Interview
Antoine de Caunes : "Je retrouve à Inter l'état d'esprit qu'il y a eu à Canal dans...
Ballon d'or : Didier Drogba succède à David Ginola à la présentation de la cérémonie sur L'Equipe
Sport
Ballon d'or : Didier Drogba succède à David Ginola à la présentation de la...
Vidéos Puremedias