Les 10 Unes de la presse de l'année 2012

Partager l'article
Vous lisez:
Les 10 Unes de la presse de l'année 2012
Par Benoit Daragon Journaliste
Toute l'année, la presse a couvert l'actualité avec des Unes plus ou moins inspirées. Voici notre top 10.

L'année 2012 touche à sa fin. L'occasion pour puremedias.com de tirer le bilan de l'année. Aujourd'hui nous revenons sur les Unes de presse les plus marquantes d'une année très riche en actualité avec la présidentielle française, la présidentielle américaine, la tuerie de Toulouse, les Jeux Olympiques, et une économie toujours aussi erratique. Voici notre selection des 10 Unes les plus fortes de l'année.

À lire aussi
"Honte à toi 'Libération'" : Carla Bruni fustige le quotidien après son enquête sur l'affaire Sofiane Bennacer
Presse
"Honte à toi 'Libération'" : Carla Bruni fustige le quotidien après son enquête...
Vincent Bolloré condamné par la justice après sa plainte contre "Le Monde diplomatique"
Presse
Vincent Bolloré condamné par la justice après sa plainte contre "Le Monde...
Prisma Media va lancer trois nouveaux magazines en 2023
Presse
Prisma Media va lancer trois nouveaux magazines en 2023
Geoffroy Lejeune évincé de "Valeurs actuelles" ? : Le journaliste dénonce "une énième tentative de déstabilisation"
Presse
Geoffroy Lejeune évincé de "Valeurs actuelles" ? : Le journaliste dénonce "une...

1. La famille royale sous les projecteurs

Un Jubilé, un (faux) saut royal en parachute lors de la cérémonie d'ouverture des JO de Londres et une annonce de grossesse : l'année fut faste pour la couronne d'Angleterre. Mais la famille royale, qui a su renouer avec l'opinion publique 15 ans après la mort de Lady Di, a aussi connu son lot de scandales. D'abord à cause du prince Harry qui s'est retrouvé cul nu à la une de The Sun. Les photos, prises à son insu lors d'une soirée strip-billard à Las Vegas, ont fait le tour du monde. Par peur de choquer, The Sun a dans un premier temps préféré publier des photos avec une doublure : un de ses journalistes a posé dans la même posture, avant de publier les vrais clichés 48 heures plus tard ! Un procédé soviétique, rarement utilisé en dehors des frontières de la Corée du Nord, qui vaut au Sun d'être en tête de notre classement !

Mais c'est du côté de la France qu'est venue la principale polémique. En effet, le magazine people Closer a osé publier des photos volées de Kate seins nus lors de ses vacances avec William. A Buckingham Palace, le scoop est mal passé. Kate et William se sont dits "tristes et déçus" mais se sont consolés en annonçant quelques semaines plus tard qu'ils attendaient un heureux événement. Malgré la polémique (et des menaces de mort !) Laurence Pieau, la directrice de la rédaction de "Closer", a cependant été sacrée "figure de l'année" par le magazine britannique The Observer avec d'autres personalités dont Sam Mendes, le réalisateur de "Skyfall", troisième plus gros succès cinéma de l'année.

2. Arnaud Montebourg et sa marinère

Une photo de VRP pour promouvoir le "Made in France". Arnaud Montebourg n'a pas hésité, mi-octobre, à poser avec une marinière Armor-Lux et un blender de marque Moulinex dans les bras à la Une du tout nouveau Parisien Magazine. Le ministre du redressement productif, qui s'était fait remarquer quelques jours plus tôt en testant la Renault Zoe électrique pour les caméras de BFMTV, déclenche là un énorme buzz pour ce supplément qui vient de se lancer quelques semaines plus tôt. En bravant le ridicule, Montebourg a permis à la fameuse marinière Armor-Lux de voir ses ventes exploser de 75 % en un week-end. Même si ce chiffre a été contesté, le message sur l'importance du made in France est très bien passé dans l'opinion.

3. Les hauts et les bas de François Hollande

Sa victoire du 6 mai a été saluée par des pluies diluviennes, un orage au dessus de la frontière allemande, et par un déluge de couvertures plutôt flatteuses, dont celle-ci de l'édition du 8 mai du Monde. Mais l'état de grâce n'a pas duré longtemps pour François Hollande. Sans doute à cause de la gravité de la situation économique du pays, la presse a très vite égratigné le président de la République et son gouvernement en mettant en lumière les couacs, les retards à l'allumage et les tergiversations. Le coup le plus dur est sans doute celui porté par le Nouvel Obs que l'on sait proche du PS. "Sont–ils nuls ?" s'est demandé l'hebdomadaire dirigé par Laurent Joffrin pour analyser "les dessous d'une rentrée ratée". Cette Une résume à elle seule une longue série de couvertures à charge. "Les cocus de Holande" et "Et si Sarkozy avait eu raison ?" a également titré L'Express avant de s'intéresser à "Ces femmes qui lui gâchent la vie", Une qui a valu à l'hebdomadaire d'être taxé de sexisme. Le Point y est allé aussi dans la critique de Hollande qui a fait plusieurs couvertures assez claires : "On se réveille" puis "On arrête les bétises ?".

4. Le sarkobashing

Après 10 ans à squatter la Une des médias d'abord comme ministre de l'Intérieur puis comme président de la République, Nicolas Sarkozy a eu un méchant retour de bâton. Il avait pourtant débuté sa campagne pour sa réélection en février par une longue interview programme au Figaro Magazine. Mais ensuite, la machine a vite ripé. La presse a d'abord gentiment détourné ses affiches de campagne. Ainsi en avril, Libération a transformé le slogan "La France forte" en "La gauche forte". Mais le ton est vite monté : L'Humanité a provoqué un tollé en comparant Sarkozy à Pétain ; Marianne a qualifié l'ancien Président de "Honte de la Vème République", quand Libé a fustigé les passerelles entre le discours de Sarkozy et celui du FN. Le Sarkobashing a été une des indéniables tendances de la campagne présidentielle, boostant d'ailleurs les ventes de la presse de gauche. Mais Sarkozy en a fait un véritable argument de campagne, ses soutiens ne ratant jamais une occasion d'égratigner une presse pratiquant de la "désinformation". Le Figaro, lui, a été contesté en interne pour son soutien parfois excessif à Nicolas Sarkozy, et François Hollande a d'ailleurs snobbé le quotidien pendant toute la campagne.

5. La Une à 700.000 euros

Avant de s'en donner à coeur joie avec la polémique sur l'exil fiscal de Gérard Depardieu, la presse a été beaucoup plus frileuse avec celui de Bernard Arnault. Et pour cause, le milliardaire, à la tête du groupe LVMH (Dior, Louis Vuitton, Givenchy, etc.) est le plus gros annonceur de France. De quoi faire réfléchir la presse avant d'attaquer. Libération a tout de même voulu montrer sa désapprobation en proposant une Une choc, qui reprenait une petit phrase de Nicolas Sarkozy. "Casse-toi, riche con !" lançait ainsi le quotidien le 10 septembre dernier. Tollé immédiat dans la classe politique et même dans le journal Le Monde. Bernard Arnault a immédiatement porté plainte et exigé le retrait de toutes les publicités de ses marques dans Libé. Le lendemain, le quotidien dirigé par Nicolas Demorand essayait de rattraper le coup avec une couverture tout aussi ironique : "Bernard, si tu reviens, on annule tout". Trop tard, le quotidien, qui avait pourtant vu ses ventes augmenter pendant la présidentielle, a perdu 700.000€ de publicité. La blague la plus chère de l'année.

6. Charlie Hebdo récidive sur Mahomet

Alors qu'un film américian anti-islam provoquait de nombreuses violences dans le monde musulman, Charlie Hebdo a publié une nouvelle série de caricatures de Mahomet. Le 19 septembre, l'hebdomadaire satirique proposait à sa Une un dessin de Charb où un imam et un rabbin apparaissaient sous le titre "Intouchables 2". Rien de blasphématoire. En revanche, en quatrième de couverture, dans la rubrique "les Unes auxquelles vous avez échappé", figuraient plusieurs caricatures de Mahomet, parfois dans des positions osées. Six ans après avoir publié les fameuses caricatures de Mahomet qui avaient mis le monde musulman en émoi, Charlie a de nouveau fait l'objet d'un buzz planétaire. Le Premier minsitre Jean-Marc Ayrault a affirmé sa "désapprobation" et même la Maison Blanche a critiqué l'hebdomadaire français. Mais pour Charlie, l'important était de faire entendre son message sur la religion et de réaliser des ventes record. 150.000 exemplaires de ce numéro ont été écoulés après une réédition. La blague la plus rentable de l'année.

7. Les Unes polémiques anti-Islam

Est-ce à cause de la tuerie de Toulouse (qui a donné lieu à des Unes très fortes) pendant laquelle Mohamed Merah a tué sept personnes, dont trois enfants ? La presse s'est en tout cas longuement intéressée à l'extrémisme et au fanatisme religieux. Du coup, cet automne sont apparues plusieurs Unes sur l'islam dont celle, décriée, du Point du 31 octobre. "Cet islam sans gêne", titrait l'hebdomadaire pour introduire une enquête "sur les exigences religieuses qui bousculent la laïcité". La photo montrait une femme intégralement voilée, face à une gendarme. Cette manchette a été détournée sur les réseaux sociaux qui ont dénoncé "Ces myopathes sans gêne" ou encore "Ce judaïsme sans gêne". Quelques semaines plus tard, L'Express a fait également couler beaucoup d'encre en titrant sur "Le vrai coût de l'immigration". Pourtant, loin de fustiger l'immigration, le dossier faisait la démonstration qu'elle est "une bonne affaire, à court, moyen et long terme". Une Une qui a fait grincer beaucoup de dents dans la rédaction.

8. Le plus grand journal du monde

Un record. Deux jours avant l'ouverture les Jeux Olympiques de Londres, L'Equipe a decidé de mettre la pression sur Usain Bolt, qui était l'un des sportifs les plus attendus de cette olympiade. "Prends garde à toi, Usain" avait prévenu le quotidien les jours précédents. L'Equipe a décidé de publier une édition spéciale de 56 cm de large sur 80 cm de hauteur, soit le double de sa taille habituelle, qui lui a permis d'entrer dans le Guinness Book des Records comme journal sportif le plus grand du monde. Le quotidien rendait homage aux "géants" des Jeux Olympiques, à l'instar du judoka français Teddy Riner qui s'affiche sur un poster géant en taille réelle. Usain Bolt a apprécié ce quotidien et a même lancé un "Thank you L'Equipe!" en direct sur France Télévisions après avoir décroché un de ses trois titres olympiques. La classe.

9. Les "Inrocks" disent oui

"La gauche doit mettre la langue". Dans son numéro du 7 novembre, Les Inrockuptibles s'est engagé sur le mariage pour tous. Alors que le débat fait rage autour de cette promesse de campagne de François Hollande, l'hebdomadaire culturel a proposé un numéro spécial avec deux Unes. L'une avec un couple de garçons qui s'embrassent (un blanc et un métis), l'autre avec un couple de filles. L'éditorial d'Audrey Pulvar, qui dirigeait encore le magazine, a défendu le projet de loi, qui sera discuté fin janvier à l'Assemblée Nationale. Le Figaro, lui, n'assume pas aussi franchement ses engagements. Le quotidien conservateur a quasiment passé sous silence la manifestation pour le mariage pour tous alors qu'elle accorde une large place à chacune des mobilisations contre le mariage gay. Deux poids et deux mesures.

10. La der des der de "Newsweek"

Une page se tourne dans la presse anglo-saxonne. Soixante dix-neuf ans après sa création, le célèbre magazine américain Newsweek arrête son édition imprimée ce 31 décembre. L'annonce a été faite en octobre par les patrons du titre qui ont annoncé son passage au 100% numérique. Un exemple on ne peut plus symbolique des difficultés de la presse à faire survivre leur modèle économique dans un monde numérique, et plus globalement de la sévère crise économique qui frigilise la planète. Du coup, le numéro de Newsweek de cette semaine est le dernier. La Une est sobrement titrée "#LastPrintIssue" (dernier numéro papier). En France, c'est France Soir qui a définitivement fermé ses portes en plein millieu de l'été. L'édition papier avait été arrêtée pécipitamment en décembre 2011 sans avoir droit à une dernière Une et le site web n'a perduré qu'un semestre...

l'info en continu
Audiences : Bilan décevant pour "La bataille des clans" sur TFX
Audiences
Audiences : Bilan décevant pour "La bataille des clans" sur TFX
"Un dimanche à la campagne" en pause sur France 2 : l'émission de Frédéric Lopez de retour à Noël
TV
"Un dimanche à la campagne" en pause sur France 2 : l'émission de Frédéric Lopez...
Anisha, gagnante de la "Star Academy" : "Cette victoire est une revanche sur la vie"
Interview
Anisha, gagnante de la "Star Academy" : "Cette victoire est une revanche sur la vie"
"Star Academy" : Quel bilan d'audience pour les primes sur TF1 ?
Audiences
"Star Academy" : Quel bilan d'audience pour les primes sur TF1 ?
Sébastien Thoen : "Pendant dix ans, on a fait ce qu'on a voulu sur Canal+, c'était même honteux"
Interview
Sébastien Thoen : "Pendant dix ans, on a fait ce qu'on a voulu sur Canal+, c'était...
Audiences samedi : Quel score pour la finale de la Star Academy à 22h sur TF1 ?
TV
Audiences samedi : Quel score pour la finale de la Star Academy à 22h sur TF1 ?